Les musées seront bien gardés! (La nuit)

Publié le

Levé du Préavis de grève dans les musées parisiens

 

A l’issue d’une réunion qui s’est tenue à l’Hôtel de Ville entre Christophe Girard (Adjoint au Maire chargé de la Culture) et les organisations syndicales signataires, le préavis de grève des veilleurs de nuit des musées Carnavalet (4ème) et d’Art Moderne (16ème)  déposé la semaine dernière vient d’être levé. Voir sur :

http://dacsupap.over-blog.org/article-nuits-de-greves-dans-les-musees-parisiens-53255467.html

 

Lors de cette réunion qui s’est terminée il y a quelques minutes seulement,

la Ville de Paris a proposé aux organisations syndicales l’arrêt immédiat des interventions de la société de sécurité privée « Bodygard » ce qui de facto annule l’augmentation absurde du nombre de rondes et l’affectation de personnels titulaires supplémentaires

Devant l’ensemble des revendications satisfaites pour les personnels de nuit du Musée Carnavalet et du Musée d’Art Moderne, les syndicats retirent donc le préavis de grève

 

Contact presse :

Bernard Aland 06 34 07 10 01

http://dacsupap.over-blog.org/

Publié dans MUSEES

Commenter cet article

Artinfo.com 07/07/2010 18:29



 


Publié par Artinfo.com (en anglais) http://www.artinfo.com/news/story/35133/following-paris-art-heist-french-government-pressures-museums-on-security/


Following Paris Art Heist, French Government Pressures Museums on Security


By Nicolai Hartvig


Published: July 7, 2010







Courtesy the artist


Henri Matisse’s "La Pastorale" (“Pastoral”), 1905, was stolen from the Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.






Courtesy the artist


Pablo Picasso's "Le pigeon aux petits-pois" ("The Pigeon with the Peas"), 1912, was also among the works that were


PARIS—French officials are piling the pressure on Paris museums following the spectacular theft that swept five masterpieces worth more than €100 million ($125.4 million) from the
Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (MAM) in May.

At a ministerial meeting on June 30, culture minister Frédéric Mitterand announced that he sent a group message to the heads of French museums, urging them to beef up security in the wake of the theft.
Mitterand called for both technical and human efforts to guard artworks and underlined the importance of cataloguing and documenting important pieces to dissuade would-be robbers. “The security
of the collections, the prevention of thefts and battling artwork trafficking are priorities of France’s heritage policy,” the ministry said in its report from the meeting.


French labor unions on Tuesday withdrew a threat to put nightwatchmen at the MAM and the Musée Carnavalet on strike over worsening working conditions and the presence of a
private security firm since the theft. The unions had demanded that existing overnight teams be strengthened and that workers be given relief from night rounds, which the unions said had
increased by 200 percent. “Since the spectacular theft of paintings from MAM last month, the city of Paris is putting unacceptable pressure on surveillance staff in category C, degrading and
considerably modifying their working conditions,” the unions had said in a joint statement.


After talks at City Hall between union representatives and Christophe Girard, the Paris deputy mayor for culture, officials promised to immediately stop using the private security firm Bodyguard,
according to the Supap-FSU union, which covers most of the staff in Paris museums and libraries.


A single masked robber was caught on the MAM’s surveillance cameras on May 19 removing paintings by Pablo Picasso, Henri Matisse, Amadeo Modigliani, Georges Braque and Fernand Léger from their frames. After breaking a padlock and a window, the
thief slipped past three security guards and the museum’s movement detectors to reach the artworks. Officials later said the security system had been broken for months.


Paris officials have declined to release details regarding any new security measures, citing secrecy as key to making the measures work. Spie, the company in charge of MAM’s
security system, said in June that two faulty power strips connected to the movement detectors had been replaced.


The internal investigation into the theft has now been handed to the French state prosecutor, putting findings in the probe under state secrets laws until a possible trial.


The five missing paintings are Picasso’s Le pigeon aux petits-pois (“The Pigeon with the Peas”) from 1912, Matisse’s La Pastorale
(“Pastoral”) from 1905, Modigliani’s La femme a l'eventail (“Woman with a Fan”) from 1919, Braque’s L'olivier pres de l'Estaque
(“Olive Tree near Estaque”) from 1906 and Léger’s Nature-mort aux chandeliers (“Still Life with Chandeliers”) from 1922




AFP 07/07/2010 15:48



La dépêche de l'AFP


 


Culture-art-musée-vol-Paris-sécurité-enquête-social 



>  Les syndicats lèvent leur préavis de grève au musée d'art
moderne de Paris
>    
>     PARIS (France), 6 juil 2010 (AFP) –


 


Le Supap-FSU, majoritaire dans les bibliothèques et musées de Paris, a annoncé mardi que les
syndicats levaient leur préavis de grève dans les musées parisiens dont celui d'art moderne (MAM) prévu les nuits des 8, 9 et 10 juillet, après avoir été reçu à la mairie.
>     Plusieurs syndicats (CFDT,CFTC, CGT, FO, Supap-FSU et UNSA) avaient déposé un préavis concernant tous les agents travaillant de nuit au musée
Carnavalet et au Musée d'Art Moderne (MAM) pour dénoncer des "pressions" après le spectaculaire vol de tableau en mai.
>     "A l'issue d'une réunion qui s'est tenue à l'Hôtel de ville entre Christophe Girard (adjoint au maire chargé de la Culture) et les organisations syndicales signataires, le
préavis de grève des veilleurs de nuit des musées Carnavalet (4e) et d'Art Moderne (16e) déposé la semaine dernière vient d'être levé", a annoncé le Supap-FSU dans un
communiqué.
>     Selon ce dernier "la ville de Paris a proposé aux organisations syndicales l'arrêt immédiat des interventions de la société de sécurité privée +Bodygard+ ce qui de facto annule l'augmentation absurde du nombre de rondes et l'affectation de personnels titulaires supplémentaires".
>     "Devant l'ensemble des revendications satisfaites pour les personnels de nuit du musée Carnavalet et du musée d'Art Moderne, les syndicats
retirent donc le préavis de grève", ajoutent-ils.
>     Selon eux la présence de la société privée appelée en renfort après le cambriolage "compliquait plus qu'elle ne soulageait les conditions de travail la nuit", avaient-ils
fait savoir jeudi dernier.
>     Après le spectaculaire vol de tableaux au Musée d'Art Moderne de Paris dans la nuit du 19 au 20 mai, l'enquête interne de la ville de Paris, demandée par le maire Bertrand
Delanoë a été remise directement au procureur de la République.




20 Minutes 07/07/2010 15:41



Trop de pression depuis le vol de tableaux


0 commentaires


Créé le 07.07.10 à 04h59 -- Mis à jour le 07.07.10 à 04h59





Les agents de nuit des musées d'art moderne et Carnavalet menaçaient de faire grève. GINIES / SIPA




Culture Les agents de nuit des musées supportent mal les nouvelles mesures de sécurité


Un mois et demi après le spectaculaire vol de tableaux au Musée d'art moderne (MAM) de la Ville de Paris (lire ci-contre), la situation n'est toujours pas revenue à la normale dans
les musées parisiens. Dénonçant une « pression inacceptable sur les personnels de surveillance de catégorie C, dégradant et modifiant considérablement leurs conditions de
travail », les syndicats avaient déposé un préavis de grève pour les nuits des 8, 9 et 10 juillet concernant les agents travaillant de nuit au musée Carnavalet et au MAM.
« Ceux-ci ne doivent pas être les victimes des carences de l'administration parisienne », précisaient-ils dans un communiqué.


Des « tensions » à cause
des autres dispositifs de sécurité« Depuis le vol, la Direction de la prévention et de la protection effectue des rondes dans tous les musées. Ils viennent sonner pour voir
si tout va bien sans que les surveillants en soient avertis. Cela crée des tensions, déplore Bernard Aland, délégué Supap-FSU. Première revendication des salariés, qui se sentent
« fliqués » depuis le 19 mai : obtenir le retrait de la société privée venue renforcer les services de nuit. « Les agents doivent s'occuper de ces personnes, qui
connaissent mal les musées, regrette Bernard Aland. Deux surveillants extérieurs ont aussi été postés dans la salle du MAM où a eu lieu le vol, car l'alarme bris de vitre de la fenêtre n'est
toujours pas réparée. » A l'issue d'une réunion hier après-midi avec l'adjoint au maire (PS) chargé de la culture, Christophe Girard, les syndicats auraient obtenu l'arrêt immédiat des
interventions de cette société. Mais pour des raisons de sécurité, la Ville refuse de commenter l'entretien. Les personnels dénonçaient par ailleurs la dégradation de leurs conditions de
travail : de quatre rondes par nuit, ils seraient passés à neuf dans certains musées, dont Carnavalet. Une augmentation que les syndicats qualifient d'« absurde » et à laquelle
la Ville ne se serait pas encore formellement engagée à renoncer. Le préavis de grève a néanmoins été levé hier soir.


Hélène Colau