ETABLISSEMENT PUBLIC : OU VA-T-ON ?

Publié le par SUPAP-FSU DAC

Depuis que tous les efforts se sont tournés vers la mise en place de l’EP par le Maire de Paris, la situation s’est dégradée dans les musées et dans les services centraux.


L’équipe de direction n’est pas au complet, départs, difficultés de recrutement.

La Mission Hygiène et Sécurité n’a toujours pas de responsable

Quand on connaît l’état des musées et certains accidents graves arrivés dernièrement, on ne peut qu’être  préoccupés.


A la désorganisation liée à la mise en place de l’EP s’ajoute une impréparation sur la gestion et les ressources humaines.


La crise est là, profonde.

Entre le discours de la mairie et la réalité un gouffre.



Les sujets concernant les personnels et l’état des lieux demandés avec insistance par le Supap-FSU depuis deux  ans, vont enfin être  abordés.


Mais va-t-on s’attaquer aux vrais problèmes ?


Le SUPAP-FSU veut en finir avec le mensonge permanent sur les effectifs qui seraient suffisants. Comment pourrait-il en être ainsi, quand depuis des années la Ville n’assure pas l’ouverture de toutes les salles, et n’a jamais été en capacité de proposer quoique ce soit pour offrir ce service aux visiteurs!


 

La Ville n’a pas encore renforcé les équipes de nuit et de jour dans les PC, malgré les préconisations de l’IGS. On voit certes les heures supplémentaires exploser, les agents de jour passer de nuit et même l’inverse. On voit même maintenant des Agents chefs, des TSC affectés quelques heures par ci par là sur des tâches pourtant spécialisées et pointues au détriment de leurs autres tâches et responsabilités. A Carnavalet, la Ville n’a pas hésité à remettre en cause le droit du travail (12 heures continues sans pause).

Il a suffit que les agents demandent à être payés une heure supplémentaire de plus pour que la Ville découvre tout à coup qu’elle était dans l’illégalité ! De qui se moque t-on ?

La Ville a toujours refusé d’étudier l’impact des soirées sur l’ouverture des salles. La gestion au jour le jour, sans moyen autres que les heures supplémentaires et les récupérations aboutit  à une impasse et à la désorganisation et aux divisions entre personnels.

Est-ce voulu ?

On peut se le demander !


Le Supap-FSU revendique :


Des PC de jour avec des équipes d’au moins 5 personnes dans les musées.

Des PC de nuit avec des équipes de 4 et le maintien des cent nuits

La prise en compte du temps de travail effectué le lundi, les soirées publiques et privées dans la définition des besoins en personnel.


-Le respect du code du travail

-Le non-dépassement des heures supplémentaires et la fin des trafics d’heures et des bidouillages

- La transparence sur la répartition des soirées, des heures supplémentaires, des jours fériés.

-La reconnaissance des métiers et des responsabilités avec leur corollaire en terme de rémunérations (Agents chef, SIAP 2)

-une revalorisation générale des primes


L’EPM va faire son état des lieux.

Chaque organisation syndicale va être reçue par Madame Désideri.


Nous ne manquerons pas de défendre les intérêts des personnels et du Service public et de confronter notre réalité à celle de la direction de l’EP.

Publié dans MUSEES

Commenter cet article