Proposition de collectif en direction des Elus

Publié le par Collectif Wifi

APPEL AUX ELUS POUR PROTEGER LA SANTE DES PARISIENS EN DECONNECTANT LES SYSTEMES WIFI DES LIEUX PUBLICS ET EN N’AUTORISANT PAS L’OUVERTURE DE CONCESSIONS SUR LES LAMPADAIRES DE LA CAPITALE AUX OPERATEURS PRIVES POUR Y INSTALLER DE TELLES BORNES [1]
 
 Dans le cadre du programme PARIS VILLE NUMERIQUE 400 bornes WiFi permettant l’accès à internet sans fil ont été installées cet été à Paris réparties dans plus de 25O lieux municipaux
La Ville de Paris met en avant la formidable avancée que représentent ces installations pour l’accès à la culture et à l’information. Mais elle oublie de dire que ces bornes WiFi, émettent des ondes électromagnétiques qui vibrent à la même fréquence que celles des micro-ondes (2400 MHZ) et que l’Agence Environnementale Européenne (EEA) a lancé un appel pour réduire immédiatement l’exposition au rayonnement du WiFi.[2]. (Elle oublie de dire aussi qu’à ces bornes WiFi seront associés un accroissement de l’utilisation des téléphones portables et donc des risques sanitaires associés. Enfin, elleomet de dire que ce programme constitue aussi un formidable cadeau offert par les contribuables[3] aux industriels et opérateurs de téléphonies mobiles [4] , aux publicitaires[5] et à des sociétés telles que Google [6]; sans compter les fabricants et vendeurs de baladeurs de dernière génération (modèle Wifi), où les fabricants et vendeurs de carte mémoire « Eye-Fi » (WiFi) pour les appareils photos numériques, dont le souci sanitaire n’est pas la priorité.[7]
 
Face aux intérêts financiers de ces entreprises, la préservation de notre santé semble totalement oubliée et il nous est désormais impossible, quelque soit notre âge ou notre état de santé, de fréquenter un établissement socio-culturel (bibliothèque, musée, centre d’animation), une université, d’emmener nos enfants jouer au square ou de nous promener dans un jardin public sans être exposé aux champs électromagnétiques émis par ces bornes, créant une véritable pollution électromagnétique sans contrôle et sans respect des personnes électro-sensibles ou non.
 
Même les hôpitaux participent dorénavant à cette pollution !
 
Or, en septembre 2007 les associations Priartem et Agir pour l’environnement [8]ont remis au Ministère de la Santé un rapport de 600 pages émanant de chercheurs internationaux, spécialistes des questions de téléphonie mobile et autres usages de radiofréquences [9] dans lequel on peut lire : « les normes actuelles de l’IEEE et de l’ICNIRP [10] ne sont pas suffisamment protectrices de la santé publique si l’on prend en compte l’exposition chronique aux modulations de fréquences (en particulier avec les nouvelles technologies dont les impulsions basse fréquence sont massivement utilisées dans la téléphonie mobile) ; les multiples sources d’exposition aux champs électromagnétiques (CEM) dans la vie de tous les jours et les expositions cumulées à des combinaisons de CEM potentiellement nuisibles sont ignorées. Nous n’avons même pas commencé à les étudier correctement… De nouvelles recherches sont nécessaires toutefois cela ne doit pas retarder la mise en œuvre d’actions préventives au service de la santé publique et du bien-être. Le principe de précaution a été édicté pour justifier l’action publique en matière de protection de la santé lorsqu’il existe des dangers plausibles, sérieux et irréversibles liés à des expositions actuelles et futures et lorsqu’il existe des incertitudes, un manque de connaissance scientifique. Toutes ces circonstances s’appliquent aux champs électromagnétiques ».[11]
 
Depuis l’année 2000, des Appels et des Résolutions répétés sont émis par de nombreux médecins et scientifiques indépendants afin qu’on réduise les normes officielles des émissions d’ondes électromagnétiques  : Résolution de Salzburg (juin 2000), Résolution de Catania (septembre 2002) Appel de Freiburg (octobre 2002), Appel de Bamberg (mai 2004), Appel d’Helsinki (janvier 2005), Appel de Hof (mai 2005), Appel de Lichtenfels (juillet 2005), Appel de Freienbach (septembre 2005), Appel de Haibach (octobre 2005)[12]… La Résolution de Benevento (septembre 2006) adoptée lors d’une conférence scientifique internationale intitulée « Le principe de précaution en matière de champs électromagnétiques » comporte le point suivant : « De nouvelles preuves se sont accumulées indiquant des effets néfastes résultant de l’exposition tant professionnelle que privée aux champs électriques, magnétiques et électromagnétiques. Il est nécessaire d’obtenir une expertise complète, indépendante et transparente des preuves pointant l’émergence de ce risque potentiel pour la santé publique »[13]
 
 « Pour le WiFi, on met sur le marché des appareils sans aucune certifications ni normes. C’est un non sens ! » dit la Directrice scientifique en charge des mesures du Centre de Recherche et d’information indépendante sur les rayonnements électromagnétiques (CRIIREM) dans la revue Alternatives Santé d’octobre 2007. Pour cette association, et beaucoup d’autres, la généralisation du WiFi et de la téléphonie mobile est dangereuse pour la santé publique.[14]
 
En Autriche (province de Salzbourg) un moratoire de 18 mois a été décidé pour étudier l’impact du WiFi sur la santé avant d’en autoriser éventuellement l’usage. En Angleterre les parents d’élèves se mobilisent pour son retrait dans les établissements scolaires où il était implanté. En Allemagne, le gouvernement a précisé qu’il déconseillait l’installation de routeurs Wi-Fi chez les particuliers et qu’il « recommandait de réduire au maximum l’exposition personnelle à des champs électromagnétiques à haute fréquence… et préférer l’utilisation de solutions filaires traditionnelles plutôt que des connexions sans fil utilisant des ondes »[15]
 
Pour toutes ces raisons,
Nous, utilisateurs des établissements municipaux parisiens où des bornes WiFi ont été installées ;
Nous, personnels de ces établissements, soumis aux émissions permanentes d’ondes électromagnétiques sur nos lieux de travail, et en souffrant (maux de tête, difficultés de concentration, insomnies…) ; Nous, collègues inquiets de l’absence de mesures de protection pour nous-même et les publics accueillis, ainsi que du manque d’information sur les risques encourus ;
Nous, parents, grands parents, jeunes et moins jeunes ; Nous promeneurs dans les jardins publics ;
Nous professionnels de la santé  ou agissant pour la prévention et la protection de la santé des personnes ;
Nous membres d’associations environnementales diverses ; Nous citoyens…
 
Appelons nos elus à mettre fin aux sources de pollution électromagnétique qui peuvent nuire gravement à la santé des enfants, des personnes âgées et des adultes, bien que celle-ci soit incolore, inodore, invisible,
 
Appelons le ministre de la sante à tout faire pour protéger la santé des citoyens. Que celle-ci soit prioritaire sur toute autre considération relative à la diffusion de nouvelles technologies afin que ne se réalise pas la sinistre prévision affichée dans le métro parisien en novembre 2007 : « Dans cette rame de métro 1 personne sur 2 sera atteinte d’un cancer dans les années qui viennent »[16]
 
Soyez nombreux à signer cet appel, à le faire signer et à le diffuser.
 
 
 


[1]www.zdnet.fr/actualités/telecoms « La ville de Paris déploie plus de 260 hotspots Wi-Fi gratuits
[2] www.nzherald.co.nz/section/2/story.cfm?c.
[3] Coût des installations (2 Millions d’euros + frais d’entretien annuels 500 000 euros)
[4] De nouvelles générations de téléphones portables WiFi sont mis sur le marché.
[5]En 2011 les prévisions de revenus pour la publicité mobile sont de 11, 3 milliards de dollars. Chiffres cités dans Le Monde du 7 novembre 2007 (p. 12)
[6] Le Monde du 7 novembre 2007 (p. 1)
[7] Or un décret du 5 janvier 2007 entré en application le 1er octobre dispense les opérateurs de l’obligation de demander une autorisation de travaux pour l’implantation d’une antenne relais et dispense les Mairies de l’obligation de rendre publics ces lieux d’implantation. (dans quelle démocratie vivons nous ?)
[9] Consultable en anglais sur www.bionitiative.org ou en français sur le site www.criirem.org (résumé)
[10] ICNIRP = International commission on Non-Ionizing Radiation Protection ; IEEE = Institute of Electrical and Electronics Engineers, Inc.
[11] En octobre 2007 la Commission Attali (Libérons la croissance) a proposé que le principe de précaution inscrit dans la Constitution française soit supprimé car il nuirait à la croissance économique !!! (Le profit avant la santé ?)
[12] Extrait du document “Antennes de téléphonie mobile, technologies sans fil et santé » du Docteur belge Jean Pilette, comportant 613 références bibliographiques
[13]www.icems.eu (International commission For Electromagnetic Safety)
[14] A lire aussi dans La Croix du 14/11/2007 « Le réseau sans fil participe au brouillard électromagnétique » (p 14)
[15] Der Spiegel du 01/08/2007, http:/libertesinternets.wordpress.com/2007/08/02/ du 01/08/2007, http:/libertesinternets.wordpress.com/2007/08/02/
[16] Affiche de l’Institut Curie pour récolter des dons.

Publié dans wifi

Commenter cet article

Patrick 14/12/2007 18:04


Bonjour à tous (ttes)
 
Afin d'apporter de l'eau au moulin, je me permets de vous communiquer les articles de ce site qui en disent long sur les émissions d'ondes.
 
Je vous rappelle que les émissions UMTS – WIFI – WIMAX – BLUE TOOTH – sont de la même famille de structure que la téléphonie mobile. Les toxicités sont de même nature. Nous appellerons ces émissions TTM – Type Téléphonie Mobile.
 
Pour en savoir plus consulter : http://www.robindestoits.org/ et

http://www.robindestoits.org/-Wifi-surfer-sans-fil-mais-pas-sans-risque-!-_a50.html article d'alterntive santé en pdf à télécharger
 
Bonjour les dégâts !
 
A bientôt
 
Patrick Simonet

Bertrand 06/12/2007 12:29

bonjour à tous
suite a notre réunion du mardi 27 novembre sur le Wifi, la possibilité de faire un collectif de personnels sur le Wi-fi a été évoquée.
Voici le texte qu'a écrit jacqueline Crozet et qui peut servir de base pour un appel plus large.
Vous pouvez trouver un nom pour le collectif, et si il y a des modifications a faire sur le texte vous nous le dite.
On va voir pour le blog et le site de la pétition. Dans un premier temps le blog du supap peut relayer et on peut mettre en ligne sur "mesopinions.com"
Pour la création d'un blog je ne sait pas si c'est long a faire (contacter Françoise Lallement à Buffon qui s'y connait un peu).
N'hesitez pas a réagir.
PS: il semble que le communiqué de presse suite au CHS de la DAC fasse pas mal de bruit. Voici le détail
-dépèche AFP
-Le Parisien
-france 2 et france 3 .fr
-Le Figaro.fr
-L'est républicain.fr
-l'expansion.com
-businessmobile.fr
-news.yahoo.com
-01net.com (
-Hns-info.net
-Zdnet.fr
-RMC et 20minutes on fait des interview aujourd'hui et il t a des reprises sur quantité de site web et sur de nombreux blog et bien sûr biblio.fr
Bonne journée et bonne lecture
Bertrand