C... pas la joie

Publié le par 14/10/2009

PROMOTION DE LA CATEGORIE C ET DES AASM :

C vraiment que dalle !

Le Supap-FSU avait demandé à la Ville de Paris que les 83 collègues AASM

des musées,des bibliothèques et des archives qui remplissent les critères

soient promus de l’échelle 3 à l’échelle 4 comme la réglementation le

permet mais seulement jusqu’au 31 décembre de cette année 2009.

La DRH lors d’une réunion avec le Supap-FSU n’a fait qu’une proposition :

La promotion de……………. 8 agents par an jusqu’en 2012.

C vraiment pas bézef !

A ce rythme les 59 agents qui auraient mérité cette progression de carrière

et qui seront laissés sur le carreau ne peuvent qu’espérer atteindre 2021

pour être promu en échelle 4 !

C un scandale !

Aujourd’hui dans les bibliothèques, les archives et les musées 326 agents

sont en échelle 3 sans remplir les conditions d’une promotion. Ce chiffre va

augmenter chaque année puisque les recrutements se font essentiellement

dans ce corps pour des raisons économiques. Au rythme que propose la

Ville de Paris, ils et elles seront durablement bloqués dans toute évolution

de carrière pour les………. 20 ans à venir !

C vraiment du foutage de gueule !

Y a pas d’autre mot

Notre syndicat va demander la tenue d’une CAP exceptionnelle pour la

promotion des 83 collègues avant le 31 décembre 2009 comme le permet les

textes.

La balle est maintenant dans le camp de Bertrand Delanoë, de Maïté

Errecart pour la DRH et Christophe Girard pour la culture.

Rappel : Une assemblée générale pour tous les personnels des bibliothèques

est prévue le jeudi 5 novembre à la bourse du travail, salle Jean Jaurès

 

Commenter cet article

supap 20/10/2009 17:13


http://www.actualitte.com/actualite/14295-bibliotheques-parisiennes-personnel-promotions-syndicats.htm


supap 17/10/2009 18:00


La demande de CAP exeptionelle a été signé par une majorité de membres élus du Supap-FSU, de FO et de l'UNSA.
Les élus CGTet CFDT sollicités ont refusés de signer, empêchant par leur acte la possible promotion de 80 collègues.
Leurs organisations défendent pourtant le contraire en public.
Double langage ou problèmes de représentativité syndicales?