DJS/PRIME DOMINICALE : SUPPRESSIONS D’EMPLOIS A LA VILLE DE PARIS !

Publié le par Intersyndicale

Les piscines parisiennes rentrent dans leur 3ème mois de grève.

Les personnels des 29 piscines municipales parisiennes sont en grève depuis le 7 février 2010 pour protester contre la suppression de 94 emplois de caissiers et pour le paiement de leurs primes du dimanche .

Ce mouvement de grève reconductible est soutenu par l’ensemble des syndicats (CFDT, CFTC, CGT, FO, Solidaires-SUD et Supap-FSU).

Toutes les piscines parisiennes ont été fermées à tour de rôle ces dernières semaines, malgré les pressions exercées par l’adjoint au Maire chargé des sports, M. Jean Vuillermoz pour casser ce mouvement avec l’aide de la Direction de la Jeunesse et des Sports. La grève reconductible est donc maintenue pour réclamer la suppression de ce plan social déguisé

D’autres piscines vont être fermées dans les prochains jours : La piscine de La Plaine (15è) dès demain 14 avril, la piscine Jean Taris (5è) le 16 avril, la piscine Montherlant (16è) le 20 avril et la piscine St Germain (6è) le 27 avril.

Les syndicats CFDT, CFTC, CGT, FO,Solidaires-SUD et Supap-FSU appellent à une assemblée générale des personnels de tous les équipements sportifs parisiens le 6 mai.

CFDT, CFTC, CGT, FO, Solidaires-SUD et Supap-FSU . Communiqué de presse 

Publié dans AUTRES DIRECTIONS

Commenter cet article

Supap 05/06/2010 11:22



La piscine Reuilly envahie


par des ballons


 


http://www.leparisien.fr/paris-75
   une vidéo à voir sur le site du Parisien  avec des interviews des représentants de l’intersyndicale et des usagers


 


L’article du Parisien


Surprise pour les nageurs de la piscine de Reuilly (XIIe). Leurs longueurs de brasse ont été perturbées hier en début d'après-midi par l'arrivée
inopinée dans le bassin de  ballons gonflables. En cause:une opération coup de poing lancée par une vingtaine de syndicalistes de la mairie de Paris. A l'initiative de la CGT,
de Supap, Solidaires et FO, ces salariés protestent contre l'actuelle réforme de l'accueil des piscines parisiennes. Cette dernière prévoit notamment l'installation de tourniquets à l'entrée des
bassins. Conséquences: les postes de travail, de 80 à 90 personnes chargées, principalement de contrôler manuellement les tickets d'entrée vont être supprimés. Même s'il n'aura aucun licenciement
sec, une cinquantaine d'employés seront amenés à changer de travail au sein de la mairie de Paris. Selon les manifestants, ces suppressions d'emplois font peser un risque sur la sécurité
dans les vestiaires.



supap 27/04/2010 17:18



Voir l'article du parisien


http://www.leparisien.fr/paris-75/vagues-de-greves-dans-les-piscines-27-04-2010-901088.php