Censure dans les discothèques municipales

Publié le

Le Compact Disc du rappeur d’origine normande Orelsan « perdu d’avance » paru chez 7th magnitudes/3ème bureau en 2009, a été interdit de mise en rayon dans plusieurs discothèques municipales parisiennes, notamment la bibliothèque Clignancourt dans le 18ème, et Saint Fargeau dans le 20ème.

 

Cette censure fait écho à la polémique née en avril 2009 lors de la prestation programmée de cet artiste au « Printemps de Bourges ». Le président de la région Centre, François Bonneau, avait demandé son interdiction. Le directeur du festival, Daniel Colling avait  maintenu sa programmation malgré le risque de perdre ses subventions.

 

La Ville de Paris tente à son tour de censurer ce disque pourtant parfaitement autorisé.

Le titre du CD « perdu d’avance » résume les difficultés rencontrées par le chanteur et les batailles qu’il doit mener pour gérer sa carrière.

 

Nous demandons à Christophe Girard, maire adjoint chargé de la culture, d’avoir la même réaction que le directeur du festival de Bourges quand à la liberté artistique, et de reconnaître  aux professionnels et au public une liberté de choix et d’expression.

 

Cet événement se situe dans un contexte difficile pour les bibliothèques municipales parisiennes qui, à l’appel de six organisations syndicales, seront en grève le samedi 6 juin dans le cadre du festival « paris en toutes lettres » et organiseront un rassemblement sur la place de Stalingrad (19ème) à 15h.

Publié dans BIBLIOTHEQUES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

supap 17/07/2009 10:37

Voir aussihttp://blogs.lexpress.fr/judebox/2009/07/la-soiree-ratee-dorelsan.php

supap 17/07/2009 10:34

Excellent article dans "Rue 89", qui pose bien les termes du débat et remet tous celà en perspective.http://eco.rue89.com/2009/07/15/orelsan-la-controverse-court-toujours-malgre-les-precedentsLa question qui se pose pour Orelsan est la durée et les motifs de sa comdamnation.A cause d'un titre qu'il ne chante plus, n'est pas sur son disque, et plus à son repertoire, ce titre ne peut donc être la cause directe de son interdiction. Combien de temps va durer cette condamnation?Est il interdit de concert jusqu'en 2010, 2011, 2015 voire plus? Qui a fixé cette peine? Son CD censuré des bibliothèques parisiennes, combien de disques, si il en fait d'autres, seront interdits à leur tour? Car il n'y a aucune raison pour que les suivants ne le soient pas.La Ville de Paris (et les autres) est entrée dans un bien mauvais processus, et nul doute que lorsque d'autres affaires de ce types vont survenir, il le lui sera reproché.

supap 15/07/2009 18:23

http://www.lepost.fr/article/2009/07/10/1614906_quand-la-mairie-de-paris-censure-comme-une-mairie-fn.htmlhttp://www.liberation.fr/culture/0101578863-orelsan-defendu-par-la-ligue-des-droits-de-l-hommehttp://www.actualitte.com/actualite/11803-Orelsan-album-prioritaire-Ville-Paris.htmhttp://www.france24.com/fr/20090707-debat-liberte-dexpression-autour-rappeur-orelsanhttp://www.actualitte.com/actualite/11801-ligue-droits-homme-Orelsan-censure.htmhttp://www.ldh-france.org/Lettre-ouverte-a-l-attention-de-M

supap 15/07/2009 10:33

http://www.actualitte.com/actualite/11955-Mitterrand-langue-Orelsan-Rimbaud-pire.htm

supap 13/07/2009 16:07

voir la réaction de jack langhttp://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jQtDmntuuyRd5s4j88ZY2jZbzAcg