Vol au Musée d'Art Moderne

Publié le

Paris, le 21 mai 2010

 

MUSEE D’ART MODERNE : LES PERSONNELS AVAIENT POURTANT SONNE L’ALARME !!!

 

Après le cambriolage du MAM et  la perte de 5 de ses plus belles toiles, le SUPAP exprime sa solidarité à tous les collègues du musée et notamment aux veilleurs de nuit qui ont du faire face à cet événement malheureux.

 

 

La ville a reconnu qu’un élément du système de sécurité dysfonctionnait depuis  près de deux mois.

 

Ce constat dégage ainsi la responsabilité des veilleurs qui ont, nuits après nuits, consigné ces disfonctionnements dans le cahier de service.

Nul doute  que sans cela, ils auraient pu servir de fusible.

Pour le SUPAP, une conclusion s’impose : Tout doit être écrit !!!

 

Des registres sont à votre disposition dans les établissements

Les utiliser, c’est se protéger !!!

 

Même si pour cela nous devons passer outre les pressions de la hiérarchie qui peut préférer parfois que les informations restent en interne.

 

Il vaut toujours mieux les remarques discourtoises de quelques uns plutôt qu’un passage en conseil de discipline.

N’hésitons plus ! Fichier d’hygiène et sécurité, registre incendie, main courante sont fait pour nous. Usons et abusons !!!

 

Et ne nous trompons pas. Accroître le nombre d’agents titulaires du SSIAP ne résoudrait pas le problème de la fragilité face au vol. Le SSIAP est une spécialité incendie, pas effraction.

 

L’effort doit porter aujourd’hui sur la clarté des procédures, leurs suivies et une cohérence d’ensemble.

Publié dans MUSEES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gépéto 10/06/2010 20:27



Suite au vol de tableaux, je ne suit pas surpris du manque de sécurisation dans les bâtiments de la ville de Paris, rien n'est aux
normes, la Ville de Paris  est même  obligée de faire appel à des sociétés de gardiennage du privé.


 Dans certaines bibliothèques de la ville, les responsables demandent au service de contrôle de la Ville de Paris, des agents
SSIAP, du privé pour  des prestations de sécurité incendie, ont leur répond que la mission principale de c’est agents sont la
sécurisation des sites. « Il faut savoir que les prestations horaires d’un SSIAP et d’un ADS, ne sont pas au mêmes tarifs ».


Afin de faire encore des économies sur la sécurité des bâtiments de la Ville de Paris, le service de contrôle a enlevé
les agents de sécurité du privé qui assuraient la protection des biens et des personnes dans les bibliothèques dites sensibles.


Dans ce service les responsables hiérarchiques font du favoritisme sur les appels d'offres de certaines sociétés privées, mais ainsi sur les contrôles, « factures
bloquées, contrôles inopiné, et petits arrangements pour d'autres>>?  C’est un agent de la surveillance qui fait office de comptable et qui gère a lui seul des millions d'euros par an,
cet agent n'a aucune reconnaissance dans son travail.


Le chef de service s'appuie principalement sur deux de ses collaborateurs et
sur son étiquette de représentant syndical, où le dialogue social avec la direction s'accompagne de petit clin d'œil complice et tricheur qui font l'objet d'abus ? « Journées de congés,
astreintes et heures supplémentaires à gogo, deux véhicules pour effectués les promenades) Ces petits personnages se
permettent des choses inacceptables >sous les yeux de cette administration.


 Voilà le gaspillage de l'argent des parisiennes et parisiens.



AFP 27/05/2010 17:42



Vol de tableaux: des travaux récents réalisés dans les musées de Paris


(AFP) – il y a 1 heure


PARIS — La direction des affaires culturelles (DAC) de la ville de Paris a assuré jeudi que des travaux récents avaient été réalisés dans ses musées, dont celui qui a été victime du vol
spectaculaire de tableaux de maîtres dans la nuit du 19 au 20 mai.


Ces travaux ont été entrepris après qu'un audit de 2007, demandé par la ville elle-même, a révélé des carences dans la sécurité des musées.


"C'est sur la base de ce rapport qu'un plan d'amélioration de la sécurité dans les musées a été engagé", a expliqué la DAC qui "a changé les systèmes de vidéosurveillance dans la quasi totalité"
de ses 11 musées.


Ce rapport d'audit d'avril 2007 de l'inspection générale sur les "dispositifs de surveillance et de sécurité des musées de la ville de Paris" révélait que "les musées municipaux paraissent
particulièrement vulnérables" et que "les moyens modernes destinés à empêcher les intrusions ou à protéger les oeuvres ne sont pratiquement pas utilisés".


"Le musée d'Art Moderne et le musée Zadkine sont dans une situation déplorable", avait aussi pointé ce rapport, selon lequel "les abords (des musées) sont mal surveillés".


D'après le syndicat d'employés municipaux Supap-FSU (majoritaire aux affaires culturelles et dans les musées parisiens) qui avait accusé mercredi la mairie de se "défausser sur ses employés"
après le vol, "ce rapport est toujours d'actualité".


"A notre connaissance aucuns travaux en profondeur n'ont été réalisés depuis 2007", a ajouté le Supap-FSU.


Une affirmation erronée selon la DAC : au Musée d'art moderne (MAM) où a eu lieu le vol des cinq chefs d'oeuvre (de Picasso, Matisse, Modigliani, Braque et Léger), "des travaux importants ont été
engagés pour la modernisation des systèmes de sécurité, et les vitres ont été sécurisées fin 2008-début 2009".


Toujours au MAM, "les systèmes de radios ont été changés, les baies vitrées renforcées, le système de vidéosurveillance amélioré", a énuméré la DAC, citant aussi des "changements de serrure" et
"des réceptions de grilles".


"On a aussi poursuivi des travaux de mise en conformité sur la sécurité incendie et l'an prochain est prévu le réaménagement du PC sécurité", a affirmé la DAC.


Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés. Plus »



AFP 26/05/2010 20:01



Tableaux volés: un syndicat accuse Delanoë de se défausser sur les agents


(AFP) – Il y a 2 heures


PARIS — Le syndicat d'employés municipaux Supap-FSU a accusé mercredi le maire de Paris, Bertrand Delanoë (PS), de se "défausser sur ses employés" après le vol spectaculaire de cinq chefs
d'oeuvre au Musée d'art moderne de la Ville de Paris.


"A la suite de l'important vol de cinq tableaux au Musée d'Art Moderne dans la nuit du mercredi au jeudi 20 mai (butin estimé à 100 millions d'euros) la Ville de Paris s'est empressée de
communiquer (...) Cette communication visait clairement les trois agents de surveillance présents cette nuit-là", a déploré le Supap-FSU dans un communiqué.


Christophe Girard, maire adjoint chargé de la culture, avait jugé vendredi sur France Info que le "plus grave, c'est que malgré la présence de trois gardiens pendant la nuit, une intrusion puisse
se faire et qu'on puisse déjouer la vidéosurveillance et que l'écran (de surveillance vidéo), à un moment donné, devienne tout à fait opaque".


L'adjoint avait aussi rappelé que le maire de Paris avait demandé "une enquête administrative supplémentaire sur le fonctionnement technique et humain du système de surveillance" du musée.


Les personnels et le Supap-FSU (majoritaire aux affaires culturelles et dans les musées parisiens) "contestent cette version du maire de Paris" car "l'intrusion, le démontage de la vitre et le
cisaillement du cadenas n'étaient pas filmés, il n'y a pas de caméra à cet endroit".


"Il n'y avait pas d'alarme anti-intrusion fonctionnant en cas de bris de porte ou de fenêtre au Musée d'Art Moderne. L'alarme volumétrique qui signale des déplacements suspects était en panne
depuis 2 mois", ont-ils ajouté.


Ils soulignent encore qu'"il y a plus de 30 caméras pour 4 écrans de visionnage" et que "les images ne sont donc pas diffusées en direct".


"Les personnels de surveillance des musées de la Ville de Paris et du musée d'Art Moderne ne peuvent être tenus pour responsables des carences des musées parisiens et de la ville de Paris", a
ajouté le Supap-FSU.


Selon lui, "l'inspection générale de la Ville de Paris avait pointé ces carences lors d'un audit de sécurité en 2007" et "a été justement saisie pour enquêter sur ce vol".


Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés. Plus »



supap 26/05/2010 15:22



Voir un nouvel article du "Parisien" qui apporte de nouveaux éclairages http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75016/trop-vulnerable-le-musee-d-art-moderne-reste-ferme-26-05-2010-936823.php



supap 23/05/2010 17:07



Voir aussi dans "France Soir" http://www.francesoir.fr/faits-divers/casse-au-musee-d-art-moderne-l-alarme-est-restee-muette


Il y est écrit, contrairement aux affirmations de Christophe Girard, que l'intrusion n'est pas filmée (les caméras filment le toit), qu'il n'y a pas d'alarme anti -effraction et que l'alarme qui
signale des déplacements dans le musées ne marchait pas depuis deux mois.


En outre, il n'y a que 3 ou 4 écrans pour plus d'une dizaines de caméras, donc outre que les surveillants ne regardent pas en permanence les écrans, ceux ci n'affichent pas toutes les images en
direct.


Enfin le vol a eu lieu entre la 2ème et 3ème ronde


La responsabillité des veilleurs de nuits est donc largement dégagée!