Ville de Paris : Spécial (très hauts) salaires des cadres

Publié le

leParisien.fr 

Dossier: MAIRIE DE PARIS Source: LE PARISIEN Mercredi 27 Octobre 2010

  

Paris Polémique

 

La mairie veut réduire le train de vie de ses cadres

 

Cure de régime annoncée pour les hauts fonctionnaires de la mairie de Paris. Epinglée au mois de septembre par la chambre régionale des comptes qui dénonçait l'envolée des hauts salaires, la mairie de Paris planche sur des mesures pour réduire le train de vie de ses cadres supérieurs.

 

Le mois dernier, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, avait annoncé qu'il allait demander des efforts aux cadres dirigeants de la ville. « Je vais travailler sur l'éventuelle baisse des plus hautes rémunérations », avait concédé le maire de Paris. Il souhaitait notamment que les rémunérations soient en adéquation avec les fonctions exercées. Le rapport de la mission d'information et d'évaluation (MIE) sur les personnels de la collectivité parisienne qui circule dans les couloirs de l'Hôtel de Ville, et que nous nous sommes procuré, préconise aussi une vaste opération de toilettage dans les hautes rémunérations.

 

Un salaire moyen de 12 966 € par mois Selon le bilan social 2009, les 10 rémunérations les plus élevées à la mairie de Paris représentaient une enveloppe annuelle de 1556007 € net. La moyenne des dix plus gros salaires à la ville est donc de 12966 € par mois alors que la moyenne des trois rémunérations les plus élevées dans les ministères s'élève à 11 234 €. La fourchette des rémunérations des cadres dirigeants (secrétaires généraux, directeurs ...) de la mairie de Paris oscille entre 120000 € et 160000 € net/an.

 

57 fonctionnaires dans la ligne de mire Directeurs, directeurs de cabinets, secrétaires généraux, secrétaires généraux adjoints, inspecteurs généraux : au total, la mairie a prévu de baisser les rémunérations des 57 plus hautes rémunérations de la ville.

 

« Comme le préconise la mission d'information et d'évaluation, nous mènerons des études de comparaison avec les rémunérations pratiquées par l'Etat ou dans les collectivités territoriales », indique-t-on au cabinet du maire.

 

Cure de régime pour la prime départementale C'était l'un des points noirs relevés par les magistrats de la chambre régionale des comptes. La prime départementale versée à l'origine à 162 agents pour une enveloppe globale de 178000 € a été étendue à 7200 agents pour un montant total de près de 13 millions d'euros en 2008.

 

Motif invoqué par la ville : une plus grande justice sociale entre les agents municipaux. « L'extension de cette prime aux agents de catégorie C a surtout été un moyen de pouvoir augmenter les montants attribués aux cadres· », tacle la chambre régionale des comptes.

 

La secrétaire générale de la ville touche ainsi une prime de 40000 € par an, alors que le bénéfice pour un agent de catégorie C se limite à 350 €. Dans son rapport, la MIE préconise de réduire cet écart.

 

Vers la fin des « placards dorés»? La déléguée au design participe à des instances sur le mobilier urbain. « Elle a aussi travaillé sur le renouvellement des tenues vestimentaires », explique Maïté Errecart, adjointe au maire de Paris chargée des ressources humaines, pour attester du travail de cette déléguée. Auparavant, elle était directrice des affaires culturelles.

 

Elle a été nommée « déléguée au design » au printemps 2008. Pour ce poste qualifié de « placard doré » dans les couloirs de l'Hôtel de Ville, elle continue de toucher la rémunération d'une directrice. Cela ne devrait plus perdurer. « Désormais, les rémunérations seront en adéquation avec les responsabilités exercées », annonce t-on au cabinet du maire.

 

Marie-Anne Gairaud

 

 



Publié dans Ville de Paris

Commenter cet article