Santé Sécurité Au Travail/ Projet d'Accord Cadre

Publié le

Pas d'accord sur l'accord

Santé et sécurité au travail !

 

 

La Ville de Paris soumet à la signature des organisations syndicales un projet d'accord cadre sur la santé et la sécurité au travail.


Le SUPAP-FSU ne signera pas un texte qui n'est qu'une belle vitrine supplémentaire alors que la Ville ne respecte pas actuellement ses obligations légales.

 

L'accord cadre santé sécurité au travail qui sera présenté au CHS central  le 2 février 2012, contient  près de 100 pages qui ne sont qu'un tissu de bonnes intentions.

Nous en sommes hélas convaincus en observant les dégâts causés par le pouvoir exorbitant que s'accordent certains responsables de services et de la DRH.

La municipalité prétend vouloir le bien-être des agents pour un meilleur service aux Parisiens et c'est une double préoccupation louable et valorisante pour les agents.

Mais nous observons chaque jour une toute autre réalité, bien laide celle-là, qui est savamment cachée par nos « responsables » et dont voici quelques aspects :

 

- des redéploiements d'effectifs et des moyens douteux mis en œuvre pour la restructuration des services (caissiers des piscines, bureau de la topographie etc.), qui engendrent des situations collectives et individuelles de souffrance au travail de plus en plus inquiétantes.

- un CPAHD (Comité de Prévention et d'Action contre le Harcèlement et les  Discriminations)  remplacé par une autre instance « maison » pas d'avantage destinée à considérer et mesurer la gravité de situations parfois dramatiques de conséquences. Le CPAHD ne servait à rien, sa nouvelle formule maison ne sera pas plus pertinente.

- des agents  convoqués à la médecine statutaire sur demande de leur hiérarchie pour une « évaluation de leur aptitude à travailler », ou d'autres dont la période de stage est délibérément mise en échec, au moyen de rapports abusifs et d'insinuations qui frisent souvent la calomnie!

-  les moyens concrets pour rendre possible le suivi de chaque agent par un médecin du travail, dans le strict respect du secret médical, ne sont pas donnés à la médecine préventive.

 

La maltraitance, subie par de nombreux agents au moment même où nous vous faisons parvenir ce tract, nous dissuade à elle seule de croire la Ville sur parole.

Selon notre employeur, l'état d'esprit d'une équipe est insufflé par celui qui la dirige. Or à la Ville les « décideurs » sont tellement courageux, amoureux de leur carrière et passent tellement de temps à s'auto complimenter, qu'il est bien difficile de savoir les reconnaître quand une décision importante et constructive devrait et pourrait être prise, simplement.

En l'absence d'objectifs concrets et chiffrés s'imposant aux directions de la Ville, nous n'engagerons pas notre signature sur ce texte. Nous ne voulons pas être associés à des promesses qui n'engagent que ceux qui y croient.


Nous refusons ce que nous considérons comme un chantage.

 

Après 17 séances de discussion, le texte initial a été amendé par les organisations syndicales, principalement le SUPAP-FSU et la CGT. Mais nos amendements ont été insuffisamment pris en compte.

La Ville exige aujourd'hui la signature des organisations syndicales pour la mise en œuvre des quelques améliorations, très insuffisantes, au-delà des obligations légales.

 

Les  syndicats non signataires de ce texte dans sa globalité, seront exclus du comité de suivi destiné à suivre sa mise en œuvre

 

La santé des personnels devient pour la Municipalité un enjeu de communication... ce que le SUPAP-FSU ne peut accepter.

 

La santé au travail ne doit pas se résumer à une note administrative de plus !

 

Le SUPAP-FSU continuera à exiger de la Ville la mise en œuvre de ses obligations légales et de toutes les mesures en faveur des personnels qui permettront d'aller au-delà.

Si cet accord est néanmoins signé par certaines organisations syndicales, nous exigerons la mise en œuvre des quelques dispositions positives qu'il contient.

 

               Nous jugerons sur pièces !                          

Commenter cet article