Primes : La Ville de Paris contrainte à la tranparence !

Publié le

Le SUPAP- FSU obtient (enfin)

La transparence des primes !

 

  Depuis des années, la Ville de Paris refuse de communiquer aux organisations syndicales le montant et la répartition des primes par corps, grade, et direction.

Cette absence de transparence favorise une attribution des primes à la tête du client absolument inacceptable.

Situation actuelle : Entre agents d’une même catégorie, d’un même corps, d’un même grade, des différences de plusieurs centaines d’euros par mois.

Des écarts qui ne sont fondés ni sur l’ancienneté, ni sur la note ! Des écarts qui ne sont jamais justifiés par écrit ! Devoir justifier l’arbitraire, même pour ceux qui savent jongler avec les mots, cela pourrait poser quelques problèmes !

 

Pourtant toutes les décisions de justice reconnaissent que l’attribution des primes en fonction de la manière de servir ou des sujétions (IAT, IFTS, primes de rendement, indemnité départementale) ne peut pas être arbitraire.

Ainsi un agent exerçant les mêmes fonctions qu’un autre dans le même grade et au même indice ne doit pas avoir une IAT ou une prime de rendement 2 inférieure à un agent moins bien noté avec de moins bonnes appréciations.

 

Suite au dernier refus de la DRH, notre syndicat a saisi la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA) qui lui a donné raison

La Mairie de Paris a informé la CADA que cette communication est en cours !  

 

La transparence des primes, c’est un outil pour imposer

 

Des modalités plus justes de répartition 

L’harmonisation des primes (vers le haut) entre salariés de la Ville exerçant les mêmes métiers

Contester les montants attribués auprès de la hiérarchie, obtenir réparation et aller devant le juge administratif, si nécessaire.

Publié dans Ville de Paris

Commenter cet article

Supap-FSU 18/05/2011 17:50



ENFIN !


C’est le printemps


Des Indemnité Forfaitaire deTravaux Supplémentaires


 


 


RAPPEL :


Suite à la grève des personnels des bibliothèques sur la prime du dimanche et aux demandes des organisations syndicales une réunion
c’est tenue sur la question de la revalorisation des indemnités versées aux agents des bibliothèques.


A cette première réunion a été acté une revalorisation des IFTS. Les personnels des bibliothèques étaient particulièrement discriminés
depuis des années si on compare le taux moyen  versé dans les autres directions. LA ville avait aussi totalement décroché avec le taux moyen de nos
collègues de l’état.


 


La Ville a indiqué qu’en ce qui concerne la revalorisation des IFTS (avec pour taux de référence  le taux moyen de 2010 de l’état) le paiement se fera à partir de la paie de juin avec effet rétroactif au 1er janvier 2011.


 


Des disparités provenant de circonstances particulières existaient entre agents, le SUPAP-FSU a demandé à la Ville de profiter de
cette revalorisation pour mettre en place une répartition équitable des IFST.


LE SUPAP demande ainsi que l’écart de rémunération entre agents ne dépasse pas 10% par rapport au taux moyen de l’IFTS.


 


Nous avons demandé une nouvelle réunion avec la DRH  pour que la revalorisation des IAT
versée aux agents ne touchant pas les IFTS puisse être discutée et traitée.