MUSEE / Préavis de grève

Publié le par SUPAP-FSU DAC

 

MUSEE CERNUSCHI : une victoire pour les personnels

 

Le SUPAP-FSU avait déposé un préavis de grève pour les nuits du 22,23, 24 octobre suite à la décision de la direction du musée  Cernuschi de modifier les équipes de nuit, décision totalement arbitraire annoncée par une simple note.

 

  Cette décision  rejetée par l’ensemble des équipes a été la cause première de l’appel  à la grève même si cela a été l’occasion aussi pour nous de rappeler d’autres  problèmes :

- Management qui ressemble plus à un outil de coercition qu’à un instrument  de transparence et d’équité.

- Communication défaillante des encadrants  envers les agents,

 - Absence de réunion bien qu’elles  aient été maintes fois demandées et même  actées par la le SRH.

- Un mauvais climat généré par l’encadrement.

- Des pressions exercées contre les agents qui  avaient  contesté une organisation injuste du travail et notamment la répartition des jours fériés, heures, nuits supplémentaires.

- Des dossiers à charge sans que soient menées les discussions  et recadrages  quelquefois nécessaires pour un bon fonctionnement avec les agents…


Dans le cadre du préavis de grève s’est tenue une réunion entre le SUPAP-FSU  accompagné  d’une partie des agents de nuit et la direction. Dans cette réunion  la discussion a été franche et intéressante.

 

La direction a décidé de suspendre  le changement d’équipe en l’assortissant d’engagements à tenir.

 De poursuivre dans le sens des mesures qui avaient déjà été négociées entre le SUPAP-FSU et la direction les mois passées. (Note de M Brouat, directeur des affaires culturelles)


Le SUPAP-FSU prenant acte de la suspension du changement des équipes et d’une volonté d’améliorer la situation actuelle  suspend le préavis de grève pour les trois nuits.


Suspendre veut dire que le SUPAP-FSU lève le préavis, mais est prêt à tout instant à en déposer un nouveau si les choses n’évoluent pas dans le bon sens.

 

Les personnels doivent respecter les consignes mais aussi être respectés et écoutés car c’est eux qui font marcher le service public.

Un lieu d’échange, de discussion est une nécessité dans tout travail, d’où l’importance des réunions internes aux musées pour les agents de nuit comme pour les autres.

Ce besoin existe pour les encadrants eux-mêmes qui peuvent être démunis dans certaines situations et dont la tâche peut s’avérer complexe.

 

Le SUPAP-FSU appellent les agents à être acteurs face leur conditions de travail, à ne pas hésiter à contacter notre syndicat pour tout problème.

Agir collectivement est possible et nécessaire. Cela permet de discuter avec ceux qui nous dirigent  et de peser sur  eux.

Ne nous laissons pas faire et ne laissons pas les choses se dégrader.

 

Discuter entre salariés, s’unir entre salariés, lutter tous ensemble pour de meilleures conditions de travail et de vie, c’est ce syndicalisme que le SUPAP-FSU défend et veut construire  avec tous.

 

Commenter cet article