BIBLIOTHEQUES/SECTEURS : LETTRE OUVERTE AUX CHEFS D’ETABLISSEMENTS

Publié le

DES  BIBLIOTHEQUES DE LA VILLE DE PARIS

 

 

Aujourd’hui, nous nous adressons à vous, responsables et collègues des bibliothèques pour attirer votre attention sur des points importants concernant l’essence même de la création des  futurs secteurs, ainsi que  la mise en place de coordinateurs  dont vous avez reçu la fiche de poste le 10 février par messagerie.

Dans ce projet tout se fait et existe à  l’échelle du secteur qui devient l’entité de référence. C’est donc un changement fondamental puisque la bibliothèque en tant qu’entité autonome disparaît au profit du secteur.

Par conséquent, le rôle et l’autonomie du chef d’établissement sont  mis à mal : quatre de ses responsabilités fortes (restera le petit travail d’enregistrement, de transmission des consignes et de secrétariat) sont encadrées et contrôlées  par le coordinateur :

 

Personnels

Politique documentaire

Animation

Formation

 

Gestion des personnels

Les profils,  fiches  et  attributions de postes se feront en fonction des besoins du secteur, non pas en fonction des besoins de la bibliothèque.

Même si les agents sont affectés à un établissement précis le coordinateur pourra vous demander de les envoyer faire des remplacements ponctuels sur d’autres sites.

Si l’agent refuse et qu’il n’y a aucun volontaire pour y aller que ferez-vous ?

Cette situation risque d’être un facteur de conflit et de division au sein de vos équipes.

 

Politique documentaire

Compte tenu des fonctions du coordinateur chaque chef d’établissement se retrouvera dans un premier temps isolé et devra lui  rendre compte de ses choix et de l’application des décisions prises par celui-ci.

En ce qui concerne la politique documentaire et les acquisitions : si une collaboration plus grande entre les établissements peut paraître souhaitable pour mieux répondre aux attentes de proximité des usagers, la situation nouvelle sera de vous imposer une méthode (quotas, remise en cause de fonds encyclopédique etc.) .

On s’acheminera, via le module de V Smart, vers des acquisitions partagées managées par le coordinateur. Mais votre public, par définition celui de proximité, sera-t-il aussi celui de toutes les autres bibliothèques pour sillonner le secteur afin d’y trouver l’ensemble des documents correspondant à sa demande (ici le roman, ailleurs un livre sur l’art…) ? Aura-t-il le temps et la patience de le faire ? Le lecteur est le grand oublié de cette nouvelle politique documentaire en même temps que votre liberté et celle de vos équipes s’amenuisent.

 

Animation

 

La politique actuelle n’est pas forcément totalement satisfaisante dans la répartition des budgets (déjà budget peau de chagrin d’où beaucoup de vos projets d’animation différés ou refusés) et quelquefois peu compréhensible, cependant elle reste organisée au niveau de l’établissement et du réseau (projet collectif).

La mise en place des secteurs et des coordinateurs ne risque-t-elle pas de remettre en cause vos choix et ceux de vos équipes, le secteur devenant une entité qui devra rendre compte de ses résultats ? Car  le budget sera attribué essentiellement  aux projets d’animation du secteur.

Quant à la collaboration entre bibliothèques de secteurs différents,  la complexité des structures et des responsables au-dessus de vous risque de nuire là encore à la liberté d’entreprendre et d’agir. Le risque concurrentiel entre secteurs existe réellement.

Il ne faut pas oublier qu’en cas de situation délicate c’est toujours le coordinateur qui décide.


Formation

Idem pour les formations : elles seront attribuées en fonction des  projets et des besoins du secteur. Si des lacunes  subsistent pour le personnel de votre bibliothèque elles risquent de ne pas être comblées. Il faudra se former pour le secteur, non pas pour la bibliothèque où on travaille, et ce bien que les agents soient affectés à un établissement et  non à un secteur.

 

 ET VOUS ?

 

C’est bien dans toutes ces situations concrètes que l’on peut pointer les contradictions, le manque de concret, les raisonnements inachevés, le manque de réalisme (1 coordinateur pour 15 bibliothèques), voire même certaines aberrations de ce projet.

Car c’est bien une aberration que de constater que celui qui, hier encore, était votre collègue risque  aujourd’hui « d’impulser, de suivre et d’évaluer » l’action de votre bibliothèque à votre place, alors que c’est vous que le Chef du Bureau a jugé compétents pour le faire en vous confiant la direction de vos établissements. Pourquoi le coordinateur déciderait-il du profil ou du fonctionnement de votre établissement ?

Dans la fiche, de manière encore soft mais cependant affirmée, le coordinateur aura également  un pouvoir sur votre carrière.

Est-il normal et souhaitable que votre collègue d’hier  puisse vous noter, influer sur votre carrière ? Faudra-t-il essayer de lui plaire ? Plutôt que de lui dire ce que vous jugez important de faire dans votre établissement ? Selon le coordinateur, surtout s’il est nommé dans le réseau où vous vous connaissez tous et souvent depuis longtemps, il y aura des inégalités de traitement : la neutralité et l’objectivité de la notation qui étaient garanties par le Chef du Bureau risquent d’être compromises.

La perception  qu’aura le Chef du Bureau de votre bibliothèque sera la version filtrée du coordinateur.

Quelle pourra être alors votre relation avec le chef du bureau ?

Aujourd’hui, lorsque nous avons des difficultés, notamment en matière d’insuffisance de  personnel, de financement de publication de la Bibliographie Jeunesse, de non livraison de EN VUE, et  d’autres exemples que vous connaissez, personne ne semble avoir les moyens de nous aider : le Bureau pas plus que le SPR ou le SDE.

Etant donné que le coordinateur n’aura pas d'avantage de moyens mis à sa disposition, notamment budgétaires ou en personnels, en quoi pourra-t-il vous aider, lui  ?

Serez-vous de simples roues de transmission, les exécutants du coordinateur ?

Dans ce contexte, la Ville continuera-t-elle à avoir besoin de recruter dans le grade des conservateurs pour ce futur rôle des chefs d’établissement ?

 

A l’heure actuelle :

 

Le rôle du chef d’établissement, du Chef du Bureau, de ses adjoints (chargés des personnels, de l’animation …) et du SPR n’a pas été redéfini.

La répartition en 4 nouveaux secteurs non plus.

La fiche du poste de coordinateur à elle seule ne peut pas suffire pour que le Bureau fasse voter les secteurs au CTP de juin prochain.

 

Il vous appartient donc de réfléchir et de vous exprimer sur l’avenir de vos bibliothèques, de vos équipes et le vôtre.

Un tour de table sera fait pour connaître votre avis. Posez vos questions pour approfondir le sujet et obtenir des réponses car la fiche du poste de coordinateur n’est pour l’instant qu’un concept de tâches écrasantes. Par ex. : "Que se passera-t-il quand il sera en congé, malade, en formation, en réunion, dans le transport,  injoignable pour autoriser votre fermeture ? Qui fera tout ce qu’il est censé faire ?"

Les réunions sur le projet de sectorisation qui se dérouleront à partir du 2 mars seront un moment où vous pourrez poser vos questions, celles qui concernent l’avenir de nos établissements, celui des personnels et le vôtre.

 

Ne manquez pas ce rendez vous…

Publié dans BIBLIOTHEQUES

Commenter cet article