Le 11 Octobre Manifestons Contre Les Mesures d'Austérité !

Publié le

clip_image002.jpg

SUPAP-FSU

6 rue Pierre Ginier 75018 Paris

tél. :  01 44 70 12 80

 fax : 01 44 70 12 85

e-mail :  syndicat.supap-fsu@paris.fr

clip_image004.jpg

LES MESURES D’AUSTERITé, ça suffit

Manifestons notre cOlère LE 11 octobre  

Reprenant l’appel unitaire initié par les organisations syndicales nationales CGT, FSU, CFDT, UNSA et Solidaires à une journée nationale d’action interprofessionnelle le mardi 11 octobre 2011, la FSU a décidé d’appeler à la grève dans les collectivités territoriales.

Pourquoi ?

Annoncé le 24 août 2011, le nouveau plan d’austérité repose, pour l’essentiel, encore une fois, sur les salariés, les retraités. Et au-delà des effets d’annonce d’une taxe sur les hauts revenus qui ne rapportera que 200 millions sur les 11 milliards attendus, on retiendra surtout le doublement de la taxe sur les mutuelles, de 3,5 % à .7%, qui limitera fortement les conditions d’accès à la santé pour tous. Ajouté au gel du point d’indice, aux milliers de suppressions de postes dans la fonction publique, ce nouveau plan d’austérité ne vise qu’à une seule chose, nous faire payer une dette dont nous ne sommes pas responsables.

Plus grave, cette politique visant à résorber les déficits a son revers car à force de mesures d’austérité qui s’ajoutent les unes aux autres, la croissance faiblit entrainant de moindres rentrées fiscales qui entraînent de nouveaux tours de vis présentés alors comme inéluctables.

En France, comme dans la plupart des pays européens, ce n’est pas aux citoyens de payer la dette des États.

La dette publique trouve son origine dans les nombreux cadeaux fiscaux aux plus riches, aux milliards d’euros versés aux banques pour les renflouer en 2008.

Les mêmes banques qui aujourd’hui veulent imposer une cure d’austérité aux états qui sont venus à leur secours.

Cette politique d’austérité a des conséquences concrètes : un chiffre du chômage en juillet 2011, le plus mauvais depuis 2000, un pays riche qui compte plus de 8 millions de pauvres alors que les très hauts revenus augmentent plus rapidement que ceux de l’ensemble de la population.

De qui se moque-t-on ?

Les mesures d’austérité, ça suffit, et c’est déjà pour cela que nous serons en grève et dans la rue mais aussi pour revendiquer :

Un salaire minimum à 1600 euros net,

60 points d’indice (soit 250 euros) pour tous,

L’arrêt des politiques d’individualisation des rémunérations,

L’arrêt des suppressions de postes et le développement de l’emploi public,

Une taxe sur les transactions financières.

Certes une journée de manifestation n’est pas suffisante pour gagner.

Mais si nous sommes très nombreux ce sera un signe fort lancé au gouvernement

Assez de violence sociale contre nous…Réveillons nous !

Manifestons massivement

Mardi 11 octobre 2011 - 14 h - Place de la République

Commenter cet article