Grève du dimanche: La Ville de Paris écrit aux personnels des bibliothèques

Publié le

La Ville de Paris écrit aux personnels des bibliothèques par la voix de sa directrice.

Petite précision utile. Ce n'est pas l'intersyndicale qui a maintenu "malgré tout" son appel à la grève, mais les personnels concernés. CQFD

 

Mesdames, Messieurs,



Je souhaite vous tenir informés des échanges en cours à la suite de la grève dominicale lancée par l'intersyndicale des bibliothèques et vous remercie de bien vouloir transmettre ce message à l'ensemble de votre personnel.



Tout d'abord, je tiens à rappeler que la Ville et la direction des Affaires culturelles en particulier sont très  attentives aux conditions de travail des agents affectés dans nos trois bibliothèques ouvertes le dimanche. Beaucoup a pu être modifié et amélioré depuis l'ouverture de la médiathèque  Marguerite Yourcenar et  les conséquences ont été tirées des difficultés initiales pour faire évoluer l'organisation du travail dominical à l'occasion de l'ouverture de la médiathèque Marguerite Duras : création de postes en conséquence, ajustement du temps de travail le dimanche pour nos deux médiathèques, planning permettant une bonne répartition des jours travaillés et non travaillés, confirmation d'un cycle de rotation dominicale limité à un dimanche sur cinq.



Je salue à cette occasion le travail remarquable accompli avec  l'ensemble des personnels des trois bibliothèques ouvertes le dimanche et l'investissement tout particulier des personnels de Marguerite Duras depuis juin dernier qui ont permis d'aboutir à ce nouveau dispositif.



La revendication liée à l'indemnité dominicale  a été entendue par la Ville. La revalorisation de cette indemnité  de 75€ bruts à 87€ bruts (soit 75€ nets en moyenne) est effective depuis début septembre. Elle représente une augmentation de 16%. Le montant de cette prime permet de doubler ou plus que doubler, selon les catégories d'agents, la rémunération effective du travail dominical.



L'intersyndicale des bibliothèques a maintenu malgré tout sa revendication d'une indemnité à 100€ nets et son appel à la grève dans nos bibliothèques, les dimanches. Je le regrette vivement.







Laurence Engel

Directrice des Affaires Culturelles

 




 

Commenter cet article