GREVE / ALG - Agents de la logistique de la Ville de Paris

Publié le par SUPAP-FSU DAC

ALG

Après la grève du 27 mars

On continue à agir !

 

L’action de grève du 27 mars a été un succès. Les ALG de plusieurs mairies étaient en grève à 100%. Pas loin d’une centaine d’entre nous ont manifesté Place de l’Hôtel de Ville, puis devant le 4 rue Lobeau, où une délégation a été reçue par le directeur de cabinet de Mme Errecart et le directeur de la DUCT.

De nombreux maires ont manifesté leurs réticences devant les projets de la mairie centrale : les 8 maires de droite par courrier, mais aussi des maires de gauche, comme le maire du 14ème dont le courrier à Mme Errecart  soutenait notre point de vue sur les rémunérations.

 

Il a été acquis! 

  • Que seules les mairies qui voudraient pratiquer de nouveau horaires le feraient. C’est une avancée, mais elle ne laisse pas à l’abri tout le monde, en particulier là où les maires et les DGS sont peu soucieux du dialogue avec les agents.
  • Que la question de la respect de la réglementation du temps de travail ( 11 heures minimum de repos consécutif, 10 heures maxi de travail par jour, 12 heures maximum d’amplitude horaires, travail des gardiens) devait aussi être vue du point de vue des agents. Nous vous invitons à faire remonter un état des lieux pour la prochaine assemblée du personnel le 12 avril.
  • Que nous serions associés à la discussion.
  • Un procès verbal de la réunion sera établi qui permettra à tous les agents de se prononcer sur les objectifs et les formes d’action en assemblée générale le 12 avril, comme nous l’avons décidé le 27 mars.

 

Des difficultés qui subsistent !

 

  •  Il n’y a toujours pas d’engagement ferme sur le maintien des rémunérations et les formes de ce maintien dans les mairies où les horaires pourraient être modifiés.
  •  La Mairie du 11ème expérimente pour deux agents volontaires des horaires décalés.  10h30 19h et 11h 19h30, sans que cette expérimentation ait été examinée au comité technique paritaire, comme le prévoit la réglementation. L’impact sur les heures supplémentaires, n’est pas évalué préalablement.
  • La direction n’a toujours pas de bilan des heures supplémentaires, mairie par mairie et agent par agent. Elle n’a pas d’état des lieux des difficultés d’organisation en Mairies dans le cadre de l’organisation actuelle et de l’augmentation de la charge de travail.

 

Assemblée du personnel pour débattre

Le 12 avril, de 15 heures à 17 heures

Salle Eugène Varlin, Bourse du travail, 3 rue du Château d’eau, 75010

Cette réunion se tient sur heures d’information syndicale sur le temps de travail.

Elle est autorisée par l’administration.

Commenter cet article