COMPTE-RENDU DE L’AG DU 5 NOVEMBRE

Publié le par Bertrand

     - La réforme de la catégorie C

Pour les AASM, les promotions prévues sont très faibles : une dizaine de personnes sur 3 ans.

Une CAP exceptionnelle a été demandée.

Pour les AAB, corps en extinction, on est dans une impasse. Un examen professionnel est demandé pour accéder au corps d’AB.

Cette réforme a été appliquée de manière minimum par la Mairie de Paris.

 

-        La réforme de la catégorie B

Actuellement en cours au niveau du gouvernement (Etat), elle s’appliquera sans doute à la Ville. Il y a une opposition du SUPAP à cette réforme, seule l’UNSA a voté pour, CFTC et CFDT se sont abstenues.

Tous les B vont se retrouver dans le même corps. Il y aura un allongement de la carrière : allongement des durées d’échelon : 2 ans au lieu d’un an et demi actuellement. Il faudra passer un concours pour changer de grade.

 

Rappel : le Maire de Paris décide des ratios promus-promouvables.

 

A l’Etat, le SNASUP a demandé le passage des BAS en Bibliothécaires : revendication soutenue par le SUPAP mais difficile à appliquer.

 

-        La Sectorialisation ou Déconcentration des Bibliothèques.

Il semble que les formes n’en soient pas encore décidées. La DAC a proposé une sectorialisation : Le réseau des bibliothèques partagé en 4 grands secteurs sous la direction de 4 Conservateurs en chef.

Il y aura une réunion (demain ?) des syndicats avec Monsieur Girard et Madame Engel. Le SUPAP s’oppose à ce projet.

Les « super-chefs » noteraient les chefs d’établissements de leur secteur et interviendraient aussi sur les horaires, les plannings, la politique documentaire.

Les fonds des petites bibliothèques deviendraient des collections annexes des grandes bibliothèques.

                                                                                                                             

Dans le cadre de la réduction des effectifs et des crédits, le personnel serait déplacé dans d’autres établissements !

Le SDE devient un « préconisateur ».

Un groupe de travail a été constitué autour ce projet avec des chefs d’établissement « pour », et d’autres « contre ».

Ce projet rencontre une grande résistance des chefs d’’établissement. Le groupe de travail refuse : le travail sous le contrôle de super-conservateurs, la mutualisation des personnels. Le groupe de travail demande 10 coordinateurs au lieu de 4. Il soulève aussi le problème de la veille documentaire imposée.

Le 10 décembre se tiendra à Buffon le séminaire des chefs d’établissement.

Les commissions de secteurs se réunissent tous les 15 jours. Donc interventions possibles lors de ces réunions ; notamment de la part des responsables de section adultes.

Rappel : les personnels sont affectés à un établissement par décision du Bureau des bibliothèques !

Configuration :

Le SDE a autorité sur les chefs d’établissements pour la poldoc.

Le SPR, avec la sectorialisation, n’aurait plus grand-chose à faire.

Le Bureau des Bib.

Le coordinateur de secteur 

La DAC répond aux opposants : nous ne sommes pas dans le secteur libéral, il est donc normal d’avoir des « consignes » !

Il n’y a pas de solidarité entre les chefs d’établissement. 5 d’entre eux seulement ont répondu à un questionnaire du groupe de travail.

D’après Messieurs Pilon et Utard, les bibliothèques spécialisées seraient aussi concernées à terme par la sectorialisation !

La nouvelle directrice du Bureau des Bib. arrive en décembre.

Ce projet vise à formater nos pratiques professionnelles.

 

-        La grève du Service des Transports

C’est une offensive sur le réseau.

                                                                                                          3. 

[De plus, le budget des consommables (fournitures de bureau) bascule sur les mairies d’arrondissement.]

Ce service comprend 6 postes de catégorie C.

Il n’existe pas de convention entre les TAM et la DAC.

La suppression de ce service découle uniquement d’une logique budgétaire.

[Monsieur Pilon, sous directeur de la DAC, a maintenant une double casquette : il s’occupe aussi des conservatoires, en plus des bib. et des musées.]

Il n’y a pas eu de propositions de reclassement pour le personnel du Service des transports sauf en bibliothèque ou aux ateliers du SDE.

Le TAM n’a rien prévu pour les bibliothèques.  Le service des transports est tout simplement liquidé. Cela représente 8 personnes au total : 1 quitte l’équipe pour raison de santé. Il faut aussi se battre sur les cas individuels.

Le TAM dépend de la DALIAT donc la DAC n’aurait plus autorité sur les transporteurs.

Un audit est mis en place sur les autres activités du SDE.

Le SDE est mis sous Chronogestor, dans le cadre de la mutualisation du personnel.

Les transporteurs font actuellement 1 heure 20 de grève par jour ; ils ne livrent que 6 bibs par jour, uniquement les petites.

Il y a une réunion demain avec l’intersyndicale.

Comment envisager le prêt interbib dans ces conditions ?

Petite précision : les TAM livrent mais ne portent pas.

 

Propositions d’actions :

-        Aller sur les blogs des responsables (Christophe Girard) et les inonder de mails.

-        Une pétition pour la défense du réseau de proximité    

-        Une affiche, comme à Glacière, pour informer les usagers que le service de transports étant suspendu, les réservations de la Réserve Centrale ne peuvent plus être assurées. Pour toute réclamation, s’adresser au Bureau des Bib. (avec l’adresse). (Hélène Sajus enverra le texte par mail)

-        Un communiqué de presse

4.

-        Grève un mercredi pour être reçus par la DAC (tract suit) : appel contre le démantelement du réseau ; convocation de la presse

-        Envoi de mails à Laurence Engel, directrice de la DAC ; il faut que derrière les syndicats, il y ait aussi les personnels.

-        Soutien des maires d’arrondissement ?

 

 

-        Pour la grève des amendes, rappeler la revendication : pour la défense du réseau. Aussi, les adhérents qui n’ont pas internet sont pénalisés par rapport aux autres, qui peuvent prolonger les docs de chez eux.

 

Le 26 novembre, pré-CTP et le 3 décembre, CTP.

 

Vaugirard est toujours dans le colimateur pour assurer l’ouverture dominicale de Yourcenar.

La question du dimanche à Duras…

Le bilan de Yourcenar a été fait par M. Utard sans les personnels (Yourcenar fonctionne mal).

Discussion sur le temps de travail et la parité étudiants/titulaires.

Question de la prime : 100 euros nets demandés.

  

A Chaptal, bibliothèque pilote, des automates de prêt et de retour vont être installés ; les réservations mises en accès libre sur une étagère pour que les usagers se servent eux-mêmes.

Publié dans SUPAP FSU CULTURE

Commenter cet article