C'est vraiment un sacré Bourdelle !

Publié le

L’EVENEMENT ARTISTIQUE DE L’ANNEE !

 

Exposition d’art conceptuel, en première mondiale, au musée parisien Bourdelle (14ème)

 

Plus fort que l’exposition Yves Saint Laurent au Petit Palais ! Démodés les « vuvuzelas » du Musée d’Art Moderne ! Déjà dépassée la future expo LVMH à Carnavalet ! L’exposition qu’il faut voir, c’est à Bourdelle que ça se passe.

Une salle d’art conceptuel d’un genre entièrement nouveau, véritable caverne d’Ali Baba des temps modernes, voici l’expo la plus courue du monde de l’art contemporain, mais surtout la plus élitiste. Seule une quinzaine de visiteurs y aura accès : les agents chargés de la sécurité du musée !

bourdelle1.png

 

Ÿ         Un nouvel espace dédié à la restauration et spécialement aménagé !
Ÿ        Contrairement aux propos du « commissaire de l’exposition », la propreté, l’ hygiène et la cohérence des mesures prises sont loin d’être au rendez vous dans cette pièce. Pour preuve, nous remarquons dans cet espace dit ‘spécialement aménagé’ et destiné aux agents du PC de sécurité, une mezzanine dans laquelle se trouve :

 

E     Un four à micro-ondes installé sur une chaise,

   bourdelle1-b.png 

  

E     Un mini réfrigérateur sur lequel est placardé une affiche où nous pouvons lire « Vous êtes plusieurs à utiliser ce micro-onde et réfrigérateur. Pour le respect de tous, il vous est demandé de maintenir ces appareils dans un état de propreté normale et de les entretenir comme il se doit, pour une utilisation durable et agréable. Merci a chacun de faire un effort. » (sic !).

E     Ce mini réfrigérateur posé à même le sol oblige, il est vrai, chacun à faire un effort très particulier, une gymnastique peu favorable à une bonne santé de la colonne vertébrale pour accéder à son contenu. Les agents sont en effet contraints de s’agenouiller et de s’appuyer sur un sol mal entretenu, pour saisir la nourriture stockée dans le réfrigérateur et souiller ainsi par la même occasion les aliments qu’ils viennent de saisir. Ce mini réfrigérateur, ou plutôt ce mini bar, conçu pour au plus deux personnes, a été mis à la disposition d’une quinzaine d’agents.

bourdelle2.png

E     Les agents doivent, en outre, laver leurs nourritures et leur vaisselle dans un lavabo jouxtant un WC, où les exhalaisons sont omniprésentes. WC situé, sous la mezzanine.

   

bourdelle3.png
Nous sommes ainsi extrêmement touchés et rassurés qu’on ait pensé au bien être des agents, nous n’osons pas imaginer ce qu’il en serait dans le cas contraire.

Nous dénonçons surtout la présence d’une caméra de surveillance dans ce lieu spécialement aménagé et réservé aux agents du PC. Elle filme un coffre présent dans la pièce, mais elle enregistre aussi les faits et gestes des agents sur un lieu de restauration et de repos, elle intègre dans son champ de vision aussi bien le four à micro-ondes que le fauteuil de repos. La CNIL a-t-elle été saisie ?

Une commission d’experts est déjà saisie pour faire une visite, nul doute que la présence du commissaire de l’exposition sera requise pour avoir une explication qui éclaire les béotiens que nous sommes.

 

    ET LA TENDRESSE, BOURDELLE ?

Publié dans MUSEES

Commenter cet article

Supap 10/08/2010 14:34



Finalement de bonnes photos valent mieux qu'un long discours


La Ville de Paris a réagit après notre communication


voici sa réponse


Bonjour,


 


A compter du vendredi 6 août 2010, des meubles ont été mis en place sur la mezzanine afin de poser à la fois le réfrigérateur
et le micro-ondes, un autre meuble sera mis à disposition pour le rangement des couverts et autres effets personnels aujourd'hui dans le point d'eau


 


La caméra, qui est positionnée depuis longtemps dans cette pièce, est orientée et focalisée pour assurer la surveillance du
coffre de la sous-régie et elle n'est nullement orientée vers la zone de repos des agents. 


 


Au-delà de ces mesures et pour répondre au problème du point d'eau en particulier, le Musée va mener, dès la rentrée de
septembre, en concertation avec les équipes, une réflexion sur le positionnement de cette zone de restauration/détente dans l'établissement et les procédures afférentes.


 


Concernant les travaux dans le pavillon, il s'agit simplement d'un « coup de propre » permettant de prendre des
mesures conservatoires de déplacement des postes de travail des adjoints principaux et du TSC.


En effet, la DPA a jugé que le sol du bureau où sont actuellement les adjoints principaux et le TSC pouvait présenter des
risques ; la DAC et le Musée ont donc décidé de déplacer ces agents temporairement dans le pavillon sur rue, afin également de leur assurer des conditions de travail décentes.


Sont en cours dans ce bâtiment, des travaux de nettoyage, remise en peinture, rénovation des sols, plomberie et installation
des réseaux informatiques.


Il ne s'agit absolument pas des travaux définitifs de réaménagement du pavillon et du déplacement du PC de Sécurité, ceux-ci
sont prévus pour débuter l'année prochaine, ils feront donc l'objet des communications et réunions du même ordre que celles qui ont eu lieu lors de l'opération pour le Musée Galliera, à ce jour
seul un examen en comité de lancement a eu lieu le 7 juillet.