AASM, Bibliothèques et Musées

Publié le par 05/10/2009

Les sacrifiés de la fusion de la catégorie C

 

La fusion des corps d’agent de surveillance de musées et de magasinier des bibliothèques dans le nouveau corps des AASM, décidée par la Ville de Paris par homologie avec l’état en 2007, a été injuste socialement et absurde professionnellement. Cette fusion a surtout été une scandaleuse régression statutaire !

Aujourd’hui, à la DAC, ce corps d’AASM est composé de 473 agents de catégorie C en échelle 3 (la plus basse).

 

Pourtant une circulaire ministérielle préconise le reclassement à l’échelle 4, avant fin 2009 (c’est à dire maintenant), de tous les agents ayant passé un concours. Ils étaient environ 500 avant la fusion. De tous ces agents qui auraient dû être reclassé à l’échelle 4 seuls 152 l’ont été ! La Ville de Paris moins sociale que le gouvernement : faut le faire !

 

QUE PROPOSE LA VILLE POUR REPONDRE A CE SCANDALE SOCIAL ?

SEULEMENT LE PASSAGE DE 70 AGENTS EN FIN D’ANNÉE !

 

NOUS DEMANDONS LE RECLASSEMENT IMMÉDIAT DES 350 PERSONNES ENTRÉES A LA VILLE SUR CONCOURS EN ÉCHELLE 4 COMME LA LOI L’Y AUTORISE !!!

 

Pour les collègues des bibliothèques et musées recrutés sur examen dans le cadre de la déprécarisation, nous demandons le passage en échelle 4 lorsqu’ils remplissent les conditions pour être promus. La ville ne propose au 31 décembre 2011 qu’un maximum de 43 agents en échelle 4, 7 en échelle 5 et 14 seulement en échelle 6 sur un corps total de 666 agents. Sans commentaire !!!

 

Nous demandons la reconnaissance professionnelle, avec reclassement en Echelle 4 et 5, des agents de surveillance des musées qui doivent accueillir un public parfois difficile lors des expositions temporaires, maîtriser parfois des langues étrangères, avoir des connaissances en sécurité des personnes et des biens.

 

Nous demandons cette même reconnaissance pour les bibliothèques où les AASM occupent les mêmes fonctions que les anciens et actuels AAB (échelle 4) accueillent, renseignent le public, maîtrisent l’outil informatique et qui il faut bien l’admettre possèdent plus que les qualifications nécessaires (BAC et plus, ou études des métier du livre)

 

Notre syndicat n’oublie pas non plus les AAB, dont le corps est en extinction, et les évolutions de carrière quasi nulles. Le Supap-FSU n’a jamais varié de position et exige toujours le passage de tous les AAB en Assistants. Pour ce faire nous demandons l’ouverture de négociations à la DRH et à la DAC.

 

Une réunion est organisée à destination des représentants aux CAPs, par la Ville de Paris sur les ratios promu/promouvable (quel doux mots à nos oreilles) pour le corps des AASM le 9 octobre prochain

Nous y ferons les demandes suivantes :

-Passage en échelle 4 de tous les agents des bibliothèques et musées ayant passé un concours

-Un ratio de 100%  pour les promus/promouvables des AASM (La ville ne propose que 30%)

-Le rétablissement du concours pour les bibliothèques et les musées en échelle 4 comme seule source de recrutement (et garder l’intégration sans concours uniquement dans le cadre de la déprécarisation)

 

NOTRE REVENDICATION IMMEDIATE EST TOUT A FAIT POSSIBLE LEGALEMENT POUR LA VILLE DE PARIS

 

-A savoir le passage d’ici au 31 décembre (après, il sera trop tard, les conditions seront durcies), comme la loi le permet, en échelle 4 de 80 collègues des bibliothèques et des musées actuellement au 4ème échelon de l’échelle 3 et ayant 3 ans de service effectif.

De même, des dispositions analogues existent pour le passage à l’échelle 5.

La réglementation permet aux élus CAP de pouvoir convoquer et fixer l’ordre du jour d’une CAP exceptionnelle dans un délai de 1 mois.

Le Supap-FSU contacte dès maintenant toutes les autres organisations syndicales pour convoquer cette CAP et obtenir la promotion de plus de 80 collègues.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article