Détresse sociale à la DAC

Publié le par Intersyndicale

La situation sociale à la DAC est très mauvaise. 
Plus de 200 personnes (sur un effectif d’environ un millier en catégorie C) dans les bibliothèques et les musées sont en situation de précarité (vacataires, contrats d’aide à l’emploi, contrat d’avenir, remplaçants…). Il y a un an la Ville avait promis la TITULARISATION de 53 agents des bibliothèques et de 41 des musées. A ce jour, aucun ne l’a été alors que les postes budgétaires ont été votés par le Conseil de Paris en décembre 2006.
 
La Ville de Paris pratique la confusion, l’incohérence et la rétention d’informations.
 Un premier recrutement pour les bibliothèques est en train de se tenir mais les critères élaborés par la DRH, il y a un an, sont balayés dans les faits. Pour ce recrutement, 60 postes avaient été annoncés ! Aujourd’hui, il semblerait que 40 seulement soient confirmés ; pour les 20 autres leur existence reste un point d’interrogation. La DRH n’a d’ailleurs pas démenti cette information choisissant plutôt d’user de menaces. Ce vrai-faux concours n’assure plus la résorption des emplois précaires comme prévu. Ce concours pose d’ailleurs tellement problème que la DRH ne facilite pas la présence de représentants élus pour surveiller les opérations.
 
Quant au concours prévu pour les musées aucune date n’est annoncée ! L’année 2008 risque de ressembler aux précédentes. Il est donc urgent que tous les personnels concernés se mobilisent avec l’ensemble des agents titulaires pour mettre fin à cette situation insupportable.
 
L’intersyndicale appelle à une Assemblée Générale le 10 janvier de 10h à 12 h de tous les précaires. Cette Assemblée Générale sera l’occasion de recenser toutes les formes de précarité à la DAC et de constituer une liste la plus complète possible avec l’ancienneté, le type de contrat et le lieu de travail pour exiger la fin de la précarité (titularisation ou contractualisation).
 
Pour un service public de qualité, nous réclamons
 
Ø      Le recrutement immédiat d’agents titulaires afin de pourvoir à les postes actuellement vacants. Dans notre société où persiste un chômage de masse, il est inacceptable qu’une mairie de gauche laisse autant d’emplois inoccupés
 
Ø       la titularisation des agents précaires. A l’heure où l’on parle tant de la montée de la précarité, mais aussi de la sécurisation des parcours professionnels, il est inacceptable qu’autant d’agents travaillent en toute précarité dans les services d’une mairie de gauche.
le 6 décembre 2007,
CFTC / CGT / FO / SUPAP / UNSA

Publié dans Non titulaires

Commenter cet article