Remettons les pendules à l'heure

Publié le par Bertrand

ARRET SUR IMAGE
 
Petit retour en arrière sur « l’affaire Vaugirard »
 
Chronologie et décryptage  par notre chroniqueur Abel Croquignol
 Vers mai-juin, la Ville prend la décision de fermer la bibliothèque Vaugirard, dans le plus grand secret puisque ce sujet n’est pas même évoqué lors du CTP de la DAC début juin.Plusieurs raisons sont plausibles. La principale est que la nouvelle médiathèque Yourcenar, rue d’Alleray, sera LA vitrine du bilan culturel de la mandature. Un symbole fort qui doit marcher coûte que coûte ! Le maintient de la bibliothèque Vaugirard risque de lui faire de l’ombre, il faut éradiquer la concurrence. On récupère à l’occasion des postes budgétaires et des crédits de fonctionnements, ce qui, dans l’état actuel des finances du réseau, est toujours bon à prendre.
 
28 juin : Sur un simple coup de fil, les personnels de la bibliothèque Vaugirard apprennent que l’établissement doit fermer. « Cette decison est irrévocable » leur affirme t-on.
 
29 juin : La CFDT apprend la nouvelle, Silence … !
 
30 juin : Le SUPAP, par des bruits de couloirs, a connaissance de l’information. Après vérification auprès des agents de Vaugirard, nous décidons de rédiger un communiqué pour le mardi.
 
03 juillet 2007 : Nous envoyons ce communiqué aux médias, aux élus, et à l’ensemble des adresse intranet de la ville de Paris.
 
04 juillet : La CFDT est toujours silencieuse.
 
05 juillet : Le parisien fait paraître un article, réaction de Christophe Girard : La fermeture est admise officiellement pour la première fois.
 
06-15 juillet : Le SUPAP, rencontre des groupes politiques « Verts, PC, MRC, Modem, UMP » qui apprennent la nouvelle par notre biais. Des vœux s’opposant à cette fermeture vont être déposé au Conseil de Paris.
 
16 juillet : La CFDT est toujours silencieuse : Très curieux !
 
17 juillet : Tenue du conseil de Paris : tous les groupes interviennent donnant lieu à un long débat, seul le PS soutient la fermeture (voir compte rendu officiel).
 
18 juillet : Nouvel article dans le parisien.
 
20 juillet : Envoi de la pétition dans les bibliothèques et sur Internet. La riposte se met en place.
 
22 juillet-10 août : Tentative de la DAC pour accélérer les mutations des nos collègues de Vaugirard. Notre syndicat intervient. Le silence de la CFDT est assourdissant. Sont-ils partis en vacances ? Ne lisent-ils pas leurs mails ? Boudent-ils la presse ? C’est décidément très curieux. ! Des choix, des actes ?
Pourtant les ce syndicats a été contacté par les personnels de Vaugirard qui lui ont demandé de réagir officiellement. Mais c’est l’été…
Et la ville pense que cette histoire va tomber dans l’oubli. Erreur politique !
 
28 août : Nous récupérons le compte rendu officiel du conseil de Paris. Nous le diffusons dans toutes les bibliothèques.
 
29 août : La CFDT sort enfin de son silence. Elle envoie un tract sur le conseil de Paris. Elle se félicite de la réforme de la catégorie C et de l’ouverture dominicale. Pas un mot en revanche sur Vaugirard. C’est vraiment troublant. Ce silence vaudrait-il approbation ?
 
04 septembre : Nous nous retrouvons en intersyndicale avec FO, la CFTC, la CGT, et l’UNSA pour relancer la mobilisation. La pétition devient commune, nous écrivons aux élus, la date d’une AG est arrêtée. Nous irons défendre les personnels de Vaugirard le 18 septembre lors d’une convocation de la DAC. Nous verrons plus tard combien cette date deviendra importante.
Nous renvoyons notre communiqué sur toute la ville de Paris.
 
06 septembre : Lors d’une « mise au point » officielle, Christophe Girard répond à l’intersyndicale. Il communique sur tous les mails et sur son blog. Ca commence à s’agiter. C’est le premier signe qui montre que rien n’est perdu. On entre dans la zone de vérité-le « money time » comme on dit dans les sports américains.
 
 07 septembre : La pression monte à la suite de la parution d’un article assez décapant dans la revue « livre hebdo ».
 
11 septembre : Nous rencontrons les élus du 15 ème. Un vœu sera déposé lors du conseil d’arrondissement. Ils s’organisent de leur côté, les lecteurs également. La pétition est diffusée maintenant massivement.
 
12 septembre : L’article de « livre hebdo » est communiqué à tous les élus et sur les mails des bibliothèques.
 
13 septembre : La CFDT est dans une position intenable. Ils étaient prêts à avaler la couleuvre Vaugirard mais celle-ci a grossi entre temps. Si elle ne réagit pas, c’est peut-être son existence même dans les bibliothèques qui serait remis en cause. Leurs adhérents grognent… La CFDT lâche Christophe Girard et 76 jours après l’annonce de la fermeture de Vaugirard, elle fait connaître enfin sa position.
Elle est … contre !! Elle appelle à la grève pour le 18 septembre ( ?).
Les digues sautent les unes après les autres.
L’intersyndicale fait un bilan des actions et proposent un calendrier pour les actions futures. Nous proposons à la CFDT de nous rejoindre, puisqu’elle est d’accord avec nos positions. Pas de réponse… De nombreux blogs reprennent la mobilisation de Vaugirard.
 
14 septembre : Nous faisons connaître « notre mise au point à la mise au point ». Notre réponse à l’adjoint à la culture avec communiqué des vrais chiffres fragilise sa position. Nous contactons « Marianne, Libération, le Figaro, Politis, L’humanité, Lire, le canard enchaîné, Livre hebdo et le Parisien.
Le forum des associations se tient dans le 15 ème, des centaines d’associations sont présentes. La pétition s’y touve aussi et circule bien. Nous recueillons un grand nombre de signatures. Madame Hidalgo est interpellée par des usagers. Elle perd pied et affirme que rien n’est encore définitif pour Vaugirard. La première adjointe lâche Monsieur Girard à son tour. Le coup de grâce ? 
 
17 sept : M. Dagnaud sensible aux arguments de la CFDT lâche Girard à son tour. En fin d’après midi réunion au sommet. La CFDT rencontre Girard et paraît- il M. Dagnaud ( ?), la présence de ce dernier est inhabituelle. C’est même semble-t-il une première pour des affaires concernant la DAC. Cela ressemble à une reprise en main, la Ville de Paris ne veut pas que Vaugirard soit en enjeu pour les futures élections professionnelles. Il faut sauver le soldat CFDT. Christophe Girard est sacrifié et on réhabilite ainsi Vaugirard.
La CFDT envoi son tract 7mn après la réunion, le communiqué de Girard n’est même pas encore écrit. Ce communiqué sera finalement envoyé 27 mn plus tard.
Il encense la CFDT. Une première ! La ficelle apparaît toutefois un peu grosse.
Le soir même au Conseil d’arrondissement du 15ème est voté un vœu en faveur de Vaugirard. Mme Hidalgo vote….contre. Elle annonce cependant le retrait du projet et félicite a son tour la …..CFDT ! La leçon est bien apprise. Cependant Mme Hidalgo l’a mauvaise.
 
18 sept : Le communiqué de Girard fait des dégâts dans les bibliothèques. Beaucoup sont choqués. La CFDT fait du triomphalisme un peu maladroit car ça fait rigoler tout le monde. La ficelle est décidément vraiment trop grosse et tout cela d’avoir l’effet contraire que le résultat escompté.
Nous refusons le terme de « suspendu » pour Vaugirard, nous continuons la mobilisation et appelons à une AG pour le 19 octobre. M. Girard conscient du ridicule de la situation nous propose dans la ½ heure un rendez-vous pour le lendemain.
 
19 sept : M. Girard reçoit l’intersyndicale, il nous parle d’emblée des élections professionnelles ( ?), décidément c’est une obsession (mais pour qui ?) mais nous sommes déjà au courant depuis hier du « deal » entre la Ville et la CFDT ; Nous lui rappelons que élections professionnelles ou pas, nous défendront Vaugirard et continueront à défendre Vaugirard et les autres, car c’est notre rôle en tant qu’organisation syndicale et n’avons pas besoins d’entrer dans d’autres considérations, ce que M. Girard a finalement bien reconnu ; (mais peut être voulait-il nous envoyer un message subliminal ?) Il y a vraiment quelque chose de pourri au royaume du Danemark. Néanmoins M. Girard semble affaibli politiquement par cette histoire et nous n’en rajoutons pas.
Nous obtenons satisfaction sur toute la ligne – rétablissement des crédits,  a fait reculer la Ville, annulation des mutations, report « sine  die » - Vaugirard semble à l’abri pour un moment et c’est bien là l’essentiel. L’alliance des personnels, des élus, des usagers et de l’intersyndicale.
 
21 sept : La CFDT tente de récupérer la chose, c’est de bonne guerre. Ils annoncent un AG pour le vendredi, histoire de prendre de vitesse l’intersyndicale. C’est très surprenant, car il faut en général au mois 15 jours pour déposer une demande d’AG, là c’est digne de Chronopost, il y aurait-t-il inégalité de traitement ? Plus rien ne nous surprend. 
 
A suivre……
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article