Intersyndicale : travail le dimanche, vigilance

Publié le

COMMUNIQUÉ de L’INTERSYNDICALE

CFDT – CGT – FO – SUPAP-FSU – UNSA

Le 17 septembre 2009 s’est tenue à la bibliothèque Saint-Blaise une assemblée générale des personnels des bibliothèques Truffaut, Yourcenar et Duras concernées par l’ouverture le dimanche.

 

 Les agents de Truffaut et de Yourcenar ont fait part de leur mode de fonctionnement et des difficultés qu’ils rencontrent.

 

Tous font le même constat : le travail le dimanche est plus fatiguant et dans l’ensemble peu gratifiant. L’organisation actuelle est très précaire et l’ouverture le dimanche n’est jamais garantie. Par ailleurs, la prime est jugée insuffisante ainsi que le temps de récupération.

 

 Marguerite Duras, qui ouvre au printemps 2010, a présenté un projet d’organisation qui permette aux agents de ne pas travailler plus de 5 jours dans la semaine et d’avoir 2 jours de repos consécutifs après le dimanche travaillé.

 

Dans le cadre de la renégociation de la délibération sur le travail le dimanche (le 8 octobre), les organisations syndicales ainsi que les agents concernés font état de leurs exigences. Voici leurs revendications :

-          Revalorisation de la prime : 120-130€ brut (100€ net) contre les 75€ brut versés aujourd’hui.

-          La prime doit faire l’objet d’un budget spécifique contrairement à aujourd’hui où elle est prise sur les IAT ou sur les IFTS (au détriment des primes et IAT des autres personnels de la DAC)

-          Alignement des horaires d’ouverture des 3 bibliothèques : 13h-18h le dimanche  Le rythme de travail de 5 semaines (25 jours) : 1 dimanche et pas plus et une compensation horaire de 7h30

Les organisations syndicales, hormis la CFDT, tiennent à rappeler leur opposition au travail le dimanche. En effet, l’ouverture des bibliothèques le dimanche contribue à banaliser la suppression du jour de repos hebdomadaire et à désorganiser le droit du travail déjà mis à mal dans les secteurs du commerce et de l’hôtellerie. Par ailleurs, elles soulignent le fait que l’ouverture du dimanche ne correspond pas à la volonté initiale de toucher de nouveaux publics : les agents constatent que les lecteurs sont peu ou prou les mêmes qu’en semaine. Enfin, elles rappellent que l’ouverture le dimanche contribue à la précarisation du salariat municipal en faisant appel à un volant d’étudiants contractuels.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article