CHS/SST : Amiante, la Ville hors la loi

Publié le

Communiqué de presse du groupe Verts au Conseil de Paris

et du syndicat Supap-FSU - 14 septembre 2009

 

AMIANTE : LA VILLE DE PARIS NE RESPECTE PAS LA LOI !

 

 

Ce matin le journal « Le Parisien » a révélé dans ses colonnes le non respect de la loi en matière d’amiante à la Ville de Paris.

 

A ce jour, près de 420 bâtiments parisiens – dont des crèches, des bibliothèques, des écoles n’ont toujours pas de « Dossier Technique Amiante » (D.T.A.). La Ville n’a donc pas rempli ses obligations de repérage étendu de l’amiante qui aurait du être achevée en 2005. Elle se trouve ainsi incapable de respecter la loi en matière d’amiante.

 

L’amiante est responsable chaque année en France de 3000 à 4000 décès soit un total de 100 000 morts à venir sur trente ans. A la Ville de Paris, près de 600 agents ont été exposés à l’amiante dans le cadre de leur parcours professionnel. La reconnaissance de maladie professionnelle a déjà été obtenue par 17 d’entre eux.

 

Les élu/es du groupe Verts et les représentants syndicaux Supap-FSU demandent la mise en place d’un véritable « Plan d’urgence amiante », avec calendriers, moyens humains et financiers pour que ce sujet crucial de santé publique soit traité en toute transparence. Un suivi centralisé et rigoureux de ce dossier permettrait une meilleure prise en compte des sites prioritaires et une information pertinente envers les agents et les usagers.

 

La santé des agents de la Ville et des Parisiens doit être une priorité de l’action municipale.

 

 

Contact Presse :

Anne de Blic                                                 Agnès Dutrevis                     Bertrand Pieri

Chargée de communication                         Supap-FSU                            Supap-FSU

01 42 76 58 47                                               01 44 70 12 80 ou 82             01 44 70 12 84

 

 

Publié dans Amiante

Commenter cet article

supap 16/09/2009 10:56

Au moment de l'affaire de l'amiante à Carnavalet au mois de juillet 2009, il était établi par la Ville de Paris qu'il n'y avait aucun problème d'amiante. Il est vrai que cette affirmation n'était pas contestée semble-t-il par les organisations syndicales.On voit qu'il n'en est rienPour un problème qui n'éxistait pas voir:http://www.lesechos.fr/depeches/france/afp_00182619-amiante-la-ville-de-paris-ne-respecte-pas-la-loi-selon-les-verts-et-un-syndicat.htmhttp://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/index.php?dep=IG&num=1374599http://www.france24.com/fr/20090914-amiante-ville-paris-respecte-pas-loi-selon-verts-syndicathttp://fr.euronews.net/depeches/19867-amiante-la-ville-de-paris-ne-respecte-pas-la-loi-selon-les-verts-et-un-syndicat/http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/09/14/01011-20090914FILWWW00473-amiante-paris-hors-la-loi-verts.phphttp://www.hns-info.net/spip.php?article19269http://conseildeparis.lesverts.fr/article.php3?id_article=1754

supap 16/09/2009 10:27

A la suite de l'article du "Parisien" et du communiqué des Verts et du Supap-FSU, le Groupe UMP à la Ville de Paris a fait une déclaration.Voici la dépêche AFPhttp://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gSOiSatXDdDRWG4gA39Liu8r3HHg

supap 16/09/2009 10:24

Voir l'article du "Parisien" qui a eu l'exclusivité de cette affairehttp://www.leparisien.fr/paris-75/amiante-l-incroyable-retard-de-la-ville-de-paris-14-09-2009-637715.php

webmaster 15/09/2009 23:56

Voici la dépêche AFP consécutive  au communiqué de presse du groupe des Verts et du syndicat Supap-FsuSanté-Paris-environnement, 13h12

>    Amiante: la ville de Paris ne respecte pas la loi, selon les Verts et le Supap-FSU>    >    PARIS, 14 sept 2009 (AFP)
 
Le groupe Verts du conseil de Paris et le syndicat Supap-FSU (syndicat unitaire des personnels des administrations parisiennes) ont affirmé lundi que "la ville de Paris ne respecte pas la loi en matière d'amiante".>    Dans un communiqué, ils affirment qu'"à ce jour, près de 420 bâtiments parisiens, dont des crèches, des bibliothèques et des écoles, n'ont toujours pas de +dossier technique amiante+" (DTA), alors que ce devrait être le cas depuis 2005".>    Sur les "3.035 DTA à réaliser" par la ville, "toutes directions générales confondues", avant la fin de 2005, "au titre du décret de 2001", 2.615 DTA seulement ont été réalisés au 1er septembre, selon un bilan rendu public par le Supap-FSU. Il reste donc "420 DTA à faire".>    Sur les 2.615 dossiers réalisés, 1.148 étaient "sans amiante" et "1.467 avec un ou plusieurs points d'amiante".>    Dans 72% des cas, l'amiante n'était pas dégradé.>    Mais sur 3% des sites, l'amiante décelé était dans un état "friable" et 0,4% des cas sont classés en "score 3", nécessitant des travaux immédiats.>    Les élus Verts et le Supap-FSU "demandent la mise en place d'un véritable +plan d'urgence amiante+" et réclament "un suivi centralisé et rigoureux de ce dossier".>    Agnès Dutrevis, du Supap-FSU, demande la mise en place d'une "vraie commission d'enquête". Selon elle, outre les écoles seraient également concernés "des collèges et des lycées" parmi les 420 dossiers restant à réaliser.>    Les Verts et le syndicat affirment qu'"à la ville de Paris, près de 600 agents ont été exposés à l'amiante" et que "la reconnaissance de maladie professionnelle a déjà été obtenue par 17 d'entre eux".>    Interrogée par l'AFP, Maité Errecart, adjointe au maire de Paris chargée du personnel et des relations avec les mairies d'arrondissement, a "reconnu du retard pour quatre directions (collèges, affaires culturelles, voirie et crèches)", mais souligné que "les questions de dangerosité ont été traitées".>    "Là on est sur des produits de second oeuvre, comme la colle, des supports. Tout ce qui était en contact avec le public, comme des gaines calorifuges, normalement a été traité", a-t-elle dit, ajoutant: "tout le monde est sur le pont, nous allons mettre la pression nécessaire".>    Selon elle, "un travail de recensement du personnel en fonction des métiers exercés et un suivi épidémiologique ont été effectués, des visites médicales ont été passées par près de 3.000 agents".>    De leur côté, le président du groupe UMP au conseil de Paris Jean-François Lamour et les maires UMP d'arrondissement ont exprimé "leur profonde indignation face à cet immense retard". Dans un communiqué, ils estiment que "cette situation témoigne de l'irresponsabilité du maire de Paris".>    Ils demandent "que la Ville de Paris rende publique très rapidement une liste détaillée des bâtiments municipaux devant faire l'objet d'un tel diagnostic, ainsi qu'un calendrier précis de sa réalisation".> > AFP