UN MINI EDWIGE A LA VILLE DE PARIS !

Publié le par Supap

Au cours de l’été 2008, la polémique a été vive suite au projet de création par le gouvernement du nouveau fichier « Edwige ».
Il y a quelques semaines le syndicat parisien SUPAP-FSU a découvert l’existence d’un fichier comparable à la Direction des Parcs et Jardins. L’existence de ce fameux fichier parait d’autant plus étonnante que le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, est apparu comme un opposant décidé a l’existence de ce genre de fichage. Ce fichier municipal, ancien maintenant de plusieurs années, contient de nombreuses informations relatives à la vie privée d’environ 750 employés municipaux, les personnels de la surveillance des espaces verts et des cimetières parisiens. Un certain nombre de responsables hiérarchiques ont ainsi accès à des données familiales, médicales, et d’autres informations devant normalement rester confidentielles.
Le syndicat SUPAP-FSU ne recevant aucune réponse de la part de la municipalité, a décidé de saisir les élus du Conseil de Paris sur l’existence d’un tel fichier. Après le fichier « Stic » au ministère de l’intérieur, la création du fichier « Edwige » par le gouvernement, la Ville de Paris invente ainsi un nouveau fichier de surveillance que certain de ces personnels appellent déjà le « Mini Edwige ».

Publié dans SUPAP FSU CULTURE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ville de Paris 20/07/2010 12:23



Le réponse désarmante de la Ville de Paris


Démenti de la Ville suite au communiqué du syndicat SUPAP FSU


07/11/2008


L’organisation syndicale SUPAP FSU a fait paraître un communiqué de presse dans lequel elle affirme que la Ville de Paris aurait mis en place au sein de la direction chargée des espaces verts un
fichier de type « Edvige » comportant des informations portant atteinte à la vie privée des agents.


Ces informations sont totalement inexactes.


Le logiciel auquel cette organisation syndicale se réfère est un outil de planification du travail des agents affectés à la surveillance des parcs et jardins. Ces agents travaillant en roulement,
y compris le week-end, la Ville s’est dotée de longue date d’un outil informatique dont les données nominatives qu’il contient, comme le lieu d’habitation de l’agent ou sa situation familiale se
limitent à celles strictement indispensables pour organiser le service et adapter les permanences (notamment du week-end) à la situation de famille de l’agent et à la distance entre son lieu de
travail et son domicile. Des données sur la situation médicale des agents ne sont mentionnées que pour signaler une inaptitude prononcée par la médecine du travail, en termes de poste de travail.


Ce fichier a évidemment été déclaré à la CNIL (commission nationale informatique et libertés). Il constitue donc un outil de gestion des ressources humaines dont le contenu ne porte en rien
atteinte à la vie privée des agents.


La Ville de Paris, qui s’est dotée d’un pôle CNIL au sein de la direction chargée des systèmes informatiques, est très attentive au respect de la confidentialité des données concernant les agents
de la collectivité parisienne.


L’assimilation avec le fichier Edvige mis en place par le ministère de l’intérieur à des fins de surveillance policière et de renseignement sur des personnalités politiques et sociales, est donc
totalement déplacée.


Rappelons enfin que la publication de ces informations erronées sur ce logiciel, en place depuis plusieurs années, intervient en pleine campagne électorale pour le renouvellement des
représentants des personnels de la Ville de Paris qui interviendra dans quelques jours.



supap 10/12/2008 11:10

a voir sur le nethttp://www.delanopolis.fr/Edfiche_a235.html