CONTRE LA CRISE EXIGEONS

Publié le

UN BOUCLIER SOCIAL

Depuis le début de la crise, il y a un an, le système du crédit a été maintenu sous perfusion constante par les autorités étatiques et monétaires les plus puissantes du monde  En injectant des centaines de milliards d’euros dans le système financier, États et banques centrales ne font que renflouer ceux-là mêmes qui ont le plus profité d’une répartition des richesses de moins en moins favorable aux salariés.

Les milliards injectés dans le système bancaire et les entreprises devraient être au contraire utilisés dans la mise en place d’un véritable bouclier social garantissant un revenu décent aux salariés, aux retraités et aux personnes privées d’emploi.

LE DEVELOPPEMENT DES SERVICES PUBLICS

L’heure est encore moins à la privatisation que ce soit celle de la poste ou celle du nettoiement à Paris. Les partenariats public/privés risquent de se révéler des châteaux de sable pour la collectivité. L’augmentation des impôts à Paris doit servir au fonctionnement du service public, à la création d’emploi et à la compensation par la Ville des pertes de salaire subies depuis 2001. Les prévisions de pertes de recette sur les droits de mutation ne doivent pas servir de prétexte au Maire de Paris pour refuser de créer des emplois en 2009, bloquer nos déroulements de carrière avec des quotas promus/promouvables et refuser d’augmenter nos rémunérations annexes. En effet, malgré les prévisions de recette en 2008 et 2009 par rapport à 2007, ces  taxes resteraient encore supérieures à près du double de ce qu’elles étaient en 2001.

ET L’AUGMENTATION DES SALAIRES

320 millions d’euros sont attendus de la hausse des impôts locaux en 2009.  Ces revenus doivent servir aux agents et aux services publics.

Le SUPAP  FSU  propose :

       100 millions d’euros pour compenser les pertes de salaires subies depuis 2001;

       100 millions d’euros pour créer 3000 emplois pour le service public et titulariser les non titulaires;

       100 millions d’euros pour améliorer les conditions d’accueil des usagers et nos conditions de travail.

Publié dans SUPAP FSU CULTURE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article